A Séoul, le Roi et la Reine rendent hommage aux soldats de la guerre de Corée

Leurs Majestés le Roi et la Reine ont rendu aujourd’hui hommage aux soldats qui se sont battus lors de la guerre de Corée. Après une cérémonie de dépôt de gerbes au cimetière national de Séoul, où reposent les morts de la guerre de Corée, ils ont visité le mémorial de la guerre de Corée – où sont inscrits les noms de tous les soldats tombés au combat – pour rendre hommage aux victimes belges. Ils étaient accompagnés par le Ministre De Crem, le vétéran de la guerre de Corée Raymond Behr ainsi que huit vétérans coréens qui se sont battus auprès des troupes belges. Les ministres coréens de la défense et des anciens combattants ont également assister à la cérémonie.

La guerre de Corée, que l’on appelle souvent « la guerre oubliée », a débuté en juin 1950 lorsque les troupes nord-coréennes ont attaqué la Corée du Sud. Suite à cette invasion, le Conseil de sécurité des Nations Unies adopta plusieurs résolutions appelant la Corée du Nord à mettre fin aux hostilités et à se retirer derrière le 38ème parallèle. Le Conseil de sécurité demanda également aux membres des Nations Unies de porter assistance à la République de Corée pour restaurer la paix et la sécurité internationale dans la région.

La Belgique, membre fondateur des Nations Unies et fervent défenseur du multilatéralisme, répondit à cet appel par l’envoi d’un bataillon de volontaires en Corée du Sud en 1951. Les troupes belges y restèrent jusqu’en 1955, soit après la signature de l’Armistice. Au cours de cette période, 3171 belges servirent en Corée aux côtés de nombreuses troupes sud-coréennes et de troupes alliées combattant sous le drapeau des Nations Unies. Plus d’une centaine de soldats belges périrent au combat, y furent portés disparus ou moururent dans des camps de prisonniers. Neuf soldats sud-coréens et deux soldats luxembourgeois rattachés au contingent belge furent également tués durant la guerre. Près de cinq cent soldats belges furent blessés au cours de leur déploiement en Corée.

La guerre s’acheva finalement en juillet 1953, avec la signature d’un armistice fragile. A cette date, le conflit avait entrainé plus d’un million de morts.

Dans son discours, le Ministre De Crem a rendu hommage à ceux qui se sont battus et qui sont morts pendant la guerre de Corée, et honoré leurs sacrifices et leur bravoure. Ils n’ont pas seulement contribué au retour de la paix, mais également défendu les valeurs et les idéaux qui leur étaient chers : la liberté et la démocratie. La guerre de Corée a été plus qu’une guerre civile. Elle a été le point d’orgue des tensions qui couvaient depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale et qui ont résulté dans la guerre froide. Les puissances occidentales ont adopté une stratégie d’endiguement pour limiter la diffusion des forces soviétiques et de l’idéologie communiste à travers le monde. Cette stratégie d’endiguement a été l’élément clé, au moins idéologiquement, qui a amené les pays occidentaux à se battre si loin de chez eux.

Le Ministre De Crem a souligné l’importance de ne pas oublier la guerre de Corée. Non seulement par respect pour les soldats tombés, mais aussi pour que nous nous rappelions de l’importance de continuer nos efforts de médiation, en matière de non-prolifération, de prévention des conflits et de promotion de la paix. C’est seulement de cette manière que nous pouvons éviter que l’histoire ne se répète et nous assurer que leurs sacrifices n’ont pas été vains.

Outre le mémorial de la guerre à Séoul, il existe également un monument spécifiquement dédié à la mémoire des soldats belges morts au combat dans la ville de Dongducheon. Un monument similaire a été édifié en Belgique, sur le square de Corée à Woluwe-Saint-Pierre.