La Belgique appelle à la protection de l’espace humanitaire dans la lutte contre le terrorisme

Ces dernières années, le nombre de mesures antiterroristes a fortement augmenté pour faire face à la menace terroriste accrue au niveau international. Si ces mesures sont nécessaires d’un point de vue pacifique et sécuritaire, elles peuvent avoir des conséquences indésirables pour l’assistance humanitaire. En marge de l'Assemblée générale, la Belgique et l'Union européenne appellent à une approche coordonnée de la lutte contre le terrorisme qui tient compte de l’action humanitaire.

Les conflits sont de plus en plus complexes et moins prévisibles. Dans certaines régions, à défaut de solutions politiques, les organisations humanitaires sont présentes en permanence. Leur travail est pourtant souvent rendu impossible à cause des mesures antiterroristes interdisant entre autres toute activité dans des zones sous contrôle de groupes terroristes ou encore toute communication avec ces groupes. C’est ainsi qu’un médecin risque sa vie quand il essaie d’en sauver une autre.

 
Effets inattendus

Aujourd’hui, plus que jamais, l’action humanitaire doit rester en tête des priorités internationales. L’événement qu’organise la Belgique en coopération avec l’Union européenne aujourd’hui, vise à contribuer à la recherche de solutions pour éviter les effets inattendus des mesures antiterroristes sur une action humanitaire impartiale, indépendante, neutre et basée sur les besoins humanitaires.

Alexander De Croo: « Nous devons identifier des solutions concrètes pour protéger l'action humanitaire et faire en sorte que la lutte contre le terrorisme et les sanctions soient conformes aux obligations des États en vertu du droit international humanitaire. La Belgique entend jouer un rôle de pionnier à ce sujet au Conseil de sécurité. L’indispensable lutte contre le terrorisme ne peut en aucun cas hypothéquer les droits des personnes les plus vulnérables et le respect du droit international humanitaire. »

 
L’aide humanitaire efficace se veut innovante

Ministre De Croo a aussi pris part à l’événement concernant « The Humanitarian Investing Initiative », co-organisé par le Forum économique mondial, la Banque mondiale et le CICR. Celui-ci s’est concentré sur la recherche de nouveaux types de financement pour l’action humanitaire, notamment en partenariat avec le secteur privé en vue de rendre l’aide humanitaire plus efficace.

En outre, le Ministre a rencontré Mark Lowcock, responsable de la supervision de toutes les actions humanitaires où les Nations Unies sont impliquées. Ils ont notamment abordé l’important soutien que la Belgique apporte à son bureau, ainsi que la prolongation de la Résolution du Conseil de sécurité sur l’aide humanitaire transfrontalière en Syrie, dont la validité arrivera à échéance le 10 janvier prochain et qui permet chaque jour de venir en aide à des millions de personnes.