A la veille de la réunion ministérielle de la coalition contre Daesh, la Belgique débloque un montant de 4 millions d'euros pour des efforts de stabilisation et de déminage humanitaire en Irak et en Syrie

La lutte contre le terrorisme est une priorité de la politique étrangère belge. A cet effet, notre pays participe activement à la Coalition contre Daesh. Dans ce contexte, le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Didier Reynders assistera à la réunion ministérielle de la Coalition contre Daesh le 14 novembre prochain à Washington.

Malgré les défis posés à cette lutte par la récente opération turque dans le Nord-Est de la Syrie et même si l'élimination du leader de Daesh, Abu Bakr al-Baghdadi, marque une victoire importante, il est indispensable de maintenir l’action contre Daesh à travers la coalition. Réaffirmer cet objectif sera au cœur de la réunion de Washington.

A la veille de cette réunion, le gouvernement belge a décidé de mobiliser une contribution importante aux efforts de stabilisation et de déminage humanitaire en Iraq et en Syrie.

En Iraq, il est essentiel de consolider les gains après la reprise totale des territoires sous le contrôle de Daesh. La stabilisation et la reconstruction du pays sont essentiels afin d'éviter que la population ne se retourne vers des groupes terroristes. A cet effet, la Belgique a décidé d’octroyer 2 mio d’€ au Funding Facility for Stabilization (FFS) du PNUD.

Actuellement, tant en Syrie qu’en Iraq, les besoins en assistance humanitaire et déminage, vecteurs de toute stabilisation durable du pays, sont immenses. Afin de contribuer à l’action du Service anti mines des Nations Unies (UNMAS) dans le déminage humanitaire en Syrie et en Iraq, la Belgique a libéré un montant de 2 millions d’euros pour 2019. Le déminage humanitaire est central pour sauver des vies ; pour permettre aux populations de retourner chez soi, de se déplacer et de pouvoir faire bon usage des terres; pour prêter assistance aux victimes des mines et autres explosifs de guerre ; et pour permettre le développement des régions touchées par la contamination par les mines. Le déminage est un vecteur de choix afin de parvenir à la stabilisation de zones post-conflit.