Didier Reynders condamne fermement l’odieux massacre commis hier dans un village au Mali

Le Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires étrangères et Ministre de la Défense Didier Reynders condamne fermement l’attaque odieuse qui a entraîné la mort violente d’au moins 135 personnes hier au Mali, près de la frontière avec le Burkina-Faso.

Tôt samedi matin, des individus armés ont fait irruption dans le village d’Ogossagou, dans le centre du Mali. Ces hommes ont massacré plus d’une centaine de personnes, dont des femmes et des enfants, et causé d’importants dégâts aux habitations. Le bilan de cette attaque est extrêmement lourd. Le Ministre Didier Reynders pense d’abord aux familles des victimes et à leurs proches, auxquels il adresse ses sincères condoléances.

Alors que les efforts de mise en œuvre de l’Accord pour la paix, focalisé sur le Nord du pays, se poursuivent, la situation au centre du Mali est extrêmement préoccupante. En 2018, les violences y ont fait au moins 500 victimes. Essentiellement à cause de tensions entre communautés - surtout Peules et Dogons - en plus d’activités de groupes armés radicaux.

Une escalade de la violence dans le centre du Mali serait désastreuse pour l’ensemble du peuple malien et ne profiterait à personne. Le Ministre Didier Reynders réitère son appel à la raison et au calme, et réaffirme l’engagement de la Belgique sur les questions de sécurité et de développement.

La Belgique, avec l’Union européenne et les Nations Unies, se tient aux côtés du Mali dans ses efforts pour un retour durable de la paix. Elle appelle à privilégier le dialogue à la violence, appuie le retour de l’Etat de droit en tant que garant des services de base à la population ainsi que la lutte contre l’impunité pour maintenir la confiance entre toutes les composantes de la société malienne.