Didier Reynders condamne l’opération turque dans le Nord-Est de la Syrie

Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires Etrangères et de la Défense Didier Reynders condamne l’opération militaire turque dans le Nord-Est de la Syrie et appelle la Turquie à y mettre un terme immédiatement.

L’Union Européenne a également fait part de ses préoccupations et appelle la Turquie à cesser cette opération en raison des risques importants qui y sont liés.

Le Ministre Reynders réitère qu’il n’existe pas de solution militaire au conflit en Syrie. Seul un processus politique permettra d’aboutir à une solution durable au conflit. Les premiers jalons dans cette direction ont récemment été posés, avec l’établissement d’un Comité Constitutionnel. Ce Comité, sous les auspices des Nations Unies, doit rassembler les différentes forces politiques et déboucher à terme sur l’organisation d’élections libres ainsi que sur la reconstruction du pays.

Cette intervention militaire de la Turquie risque de déstabiliser ce processus politique fragile et constitue une menace pour la stabilité régionale ; cela conduira à de nouvelles catastrophes humanitaires pour la population locale, ce qui doit être évité à tout prix, selon le Ministre.

En outre, cette opération aura vraisemblablement une incidence négative sur les progrès engrangés par la coalition anti-EI dans sa lutte contre les groupes terroristes islamistes. La sécurité des camps de FTF risque également d’être mise à mal, ce qui s’avérerait très problématique.

La crise fera l’objet d’un débat approfondi lors du prochain Conseil Affaires étrangères, qui se tiendra ce lundi à Luxembourg et auquel participera le Ministre Reynders.

Dans l’intervalle, la Belgique a, en tant que membre non-permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies, demandé avec l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et la Pologne, un débat urgent sur cette crise au Conseil de Sécurité à New York.