Didier Reynders souhaite davantage de multilatéralisme pour les droits de l’Homme

Didier Reynders, Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires étrangères et Ministre de la Défense, participe aujourd’hui à la 40ème session du Segment de haut niveau du Conseil des droits de l’Homme.

Le Conseil des droits de l’homme se réunit du 25 février au 22 mars à Genève. Au cours de ces quatre semaines, le Conseil analyse un grand nombre de rapports concernant différents thèmes liés aux droits de l’Homme dans une cinquantaine de pays. Quatorze pays seront également soumis à un « Examen Périodique Universel » portant sur leur politique en matière de droits de l’Homme.

Les victimes de violences, d’injustices ou de discriminations en raison de leur origine, de la couleur de leur peau ou de leur orientation sexuelle ou religieuse restent trop nombreuses. En tant que membre du Conseil des droits de l’Homme, la Belgique s’est investie au cours des trois dernières années afin d’améliorer et de défendre leurs droits.

La Belgique poursuit aujourd’hui ce travail dans d’autres forums. Les droits de l’Homme comptent ainsi parmi les priorités du mandat de la Belgique au Conseil de sécurité. Pour Didier Reynders, les droits de l’Homme ne sont pas le "troisième" ou "dernier" pilier de l’ONU: leur respect est essentiel pour parvenir à une paix et à un développement durable. Une coopération encore plus étroite entre Genève et New York peut y contribuer.

Afin d’accroitre son efficacité, le Ministre appelle le Conseil des droits de l’Homme à investir davantage dans des partenariats avec des organisations régionales. Le Conseil de l’Europe à Strasbourg (France) est ainsi une balise pour les droits de l’Homme, la démocratie et l’Etat de droit qui doit garantir la paix en Europe. L’Union Européenne peut elle aussi contribuer à une meilleure protection des droits fondamentaux. C’est dans cette perspective que le Ministre Reynders a lancé l’initiative d’organiser un examen du respect de l’Etat de droit également entre les Etats membres de l’UE.

Pour souligner l’engagement de la Belgique, le Ministre a annoncé que notre pays se portait candidat pour devenir à nouveau membre du Conseil des droits de l’Homme pour la période 2023-2025.

Le Ministre participera également à un débat de haut niveau sur les violations des droits de l’Homme en rapport avec la peine de mort. La Belgique s’engage depuis longtemps pour l’abolition universelle de la peine de mort. Notre pays accueillera d’ailleurs cette semaine à Bruxelles, ensemble avec l’UE, le 7ème Congrès mondial contre la peine de mort.

En marge du Conseil des droits de l’Homme, le Ministre aura un entretien avec le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme Michelle Bachelet. Il prendra également part à une conférence de donateurs pour la crise humanitaire au Yémen, pour laquelle la Belgique dégage 8.6 millions EUR supplémentaires.

Didier Reynders signera un accord de financement avec l’International Trade Centre pour promouvoir un commerce inclusif et durable, en particulier en Afrique.

Enfin, le Ministre interviendra également lors de la Conférence du désarmement, dont la Belgique est un des 65 membres. Une excellente occasion de soutenir l’objectif très actuel de cette conférence internationale, à savoir garantir un monde plus sûr grâce à des accords internationaux de désarmement.