Journée internationale de commémoration des victimes de l’Holocauste : la sensibilisation reste nécessaire

Demain, cela fera 74 ans que le camp d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau a été libéré. C’est la raison pour laquelle le 27 janvier a été choisi comme Journée internationale de commémoration des victimes de l’Holocauste. Les pensées du Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères et de la Défense Didier Reynders vont à toutes les victimes et à tous les survivants des génocides qui ont eu lieu dans l’histoire. De telles tragédies ne doivent plus jamais se reproduire. Le Ministre souligne à cette occasion combien l’attention constante portée à l’Holocauste et à l’éducation sur la Shoah jouent un rôle préventif essentiel.

Notre pays dispose, avec sa loi contre le racisme et la discrimination, d’un cadre législatif solide pour lutter contre le racisme. Depuis 1995, la Belgique dispose également d’une loi interdisant spécifiquement le déni, la minimisation, la justification ou l’approbation du génocide commis par le régime national-socialiste allemand pendant la Seconde Guerre mondiale.

Mais l’antisémitisme existe malheureusement toujours en Europe, y compris dans notre pays. La déclaration du Conseil européen sur la lutte contre l’antisémitisme du 6 décembre 2018 et la résolution du Sénat belge sur la lutte contre l’antisémitisme (adoptée le 14 décembre) montrent que les efforts et la sensibilisation restent toujours nécessaires. C’est pourquoi le gouvernement belge travaille actuellement à une nouvelle activation de la cellule de vigilance antisémitisme.

Le respect des autres et de la diversité culturelle sont des valeurs fondamentales de notre pays. Non seulement les gouvernements, mais aussi d’autres instances et organisations s’efforcent de garder la haine, le racisme, la xénophobie et l’antisémitisme hors de notre société. L’éducation joue également un rôle clé. En gardant vivant le souvenir de ces atrocités, nous contribuons ensemble à ce qu’elles ne se reproduisent plus jamais.

Notre pays est membre de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA) et travaille avec ses partenaires, dans un contexte européen et au sein d’organisations internationales telles que les Nations Unies.