Didier Reynders plaide pour un maintien de l’engagement visant à renforcer le Processus de Kimberley dans la lutte contre les diamants de conflits

Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Didier Reynders appelle au maintien de l’engagement visant à renforcer le Processus de Kimberley (PK) et à élargir la définition des diamants de conflits. "La Belgique est satisfaite des progrès accomplis par le Processus de Kimberley lors de sa réunion plénière à New Delhi la semaine dernière. Il est cependant urgent d’accomplir des efforts supplémentaires et notre pays continuera à élargir la définition des diamants de conflits. C’est en effet essentiel pour continuer à mener, à l’avenir, un combat crédible et efficace contre les diamants de conflits."

La semaine dernière, les 82 pays participants au Processus de Kimberley (PK) n'ont pas réussi à s'entendre sur une nouvelle définition des diamants de conflits. Le Processus de Kimberley est un partenariat international entre les pays, les organisations non gouvernementales et l'industrie du diamant pour mettre fin au commerce des diamants de conflits dans le monde. L'élargissement de la définition des diamants de conflits est nécessaire pour mieux lutter contre l'utilisation abusive des revenus financiers tirés de la production et du commerce des diamants. De cette façon, le PK répondrait également à la demande croissante des consommateurs qui veulent des diamants transparents et durables.

Notre pays applaudit la solidité de l’engagement européen, sorti renforcé des avancées enregistrées sous la présidence de l’UE, à Bruxelles, en 2018. En mai 2020, l'Afrique du Sud organisera, avec le soutien de notre pays et de l’Antwerp World Diamond Centre (AWDC), une deuxième édition de la Conférence africaine du diamant. Trois ans après une première conférence à Bruxelles en 2017, cette conférence visera à renforcer le dialogue avec les pays africains producteurs de diamants, notamment sur la réforme du Processus de Kimberley.

Le Processus de Kimberley est une plateforme centrale dans la lutte contre le commerce des diamants de conflits. Anvers étant le plus important centre mondial du commerce des diamants bruts, notre pays, de concert avec l'industrie et la société civile, préconise depuis de nombreuses années une réforme de la définition des diamants de conflits. La Belgique a été pionnière de l’application rigoureuse des normes du PK. Avec 84% du commerce mondial des diamants bruts, le mécanisme de contrôle belge des diamants ‘Diamond Office’ joue un rôle important dans la mise en œuvre du système de certification Kimberley dans le monde entier.