La Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg signent un protocole d’entente de coopération scientifique dans le cadre du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires

Il y a plus de 20 ans, le monde prit une mesure décisive afin d’interdire à jamais les essais nucléaires: le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE) fut ouvert à la signature. Aujourd'hui, le monde attend toujours que huit États adhèrent au Traité pour que celui-ci entre en vigueur. Malgré ce retard dans l’entrée en vigueur du traité, le TICE représente un instrument irremplaçable pour le régime international de non-prolifération. Les essais nucléaires sont en effet considérés comme illégaux dans le monde entier et un seul pays, la Corée du Nord, a violé cette norme internationale au 21ème siècle.

Aucun essai nucléaire, qu’il ait lieu à la surface de la Terre, dans l’atmosphère, sous l’eau ou sous terre, ne doit, conformément au TICE, échapper à la surveillance internationale. Par conséquent, un système de surveillance utilisant la technologie de pointe pour détecter les essais nucléaires dans le monde entier a été mis en place. Les États membres peuvent apporter leur aide en analysant les données de surveillance et en examinant tous les événements suspects, généralement en utilisant des centres de données nationaux.

Les ministres des Affaires étrangères de Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg ont décidé de renforcer la coopération scientifique transnationale dans ce domaine. Le protocole d’entente qu’ils signent aujourd’hui facilitera la mise en commun des compétences et la réalisation d’analyses conjointes. Cet effort commun conduira à un examen plus approfondi et complet des événements suspects et contribuera ainsi au renforcement du régime de vérification du TICE. Au-delà de la vérification de la norme interdisant les essais nucléaires, les échanges entre scientifiques de nos trois pays peuvent également déboucher sur des études et des recherches scientifiques conjointes.

Cette coopération transnationale des centres de données nationaux du TICE et des scientifiques du BENELUX est une première du genre. Les ministres des Affaires étrangères de Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg ont exprimé l'espoir que ce partenariat serve d'inspiration aux initiatives de coopération régionale dans d'autres régions du globe.