Séminaire 'Entreprises et droits de l’Homme' à Mexico City

Un séminaire consacré aux meilleures pratiques en matière de conduite responsable a eu lieu cette après-midi à Mexico City, dans le cadre de la mission économique princière au Mexique.

Ce séminaire était organisé par le SPF Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au développement en collaboration avec les autorités mexicaines, dont le nouveau gouvernement a fait de cette thématique une priorité et était représenté par la ministre de l’administration publique Irma Sandoval, ainsi qu’avec l’ONUDC et l’OCDE, deux organisations internationales actives dans la prévention et la lutte contre la corruption.

Le séminaire a permis un échange de meilleures pratiques et d’expériences entre des entreprises belges participant à la mission économique princière au Mexique et des entreprises mexicaines sur la manière dont elles peuvent analyser, identifier, atténuer et communiquer sur leur gestion du risque de corruption dans leurs activités économiques. Deux aspects ont été approfondis en particulier: d’une part, comment les nouvelles technologies peuvent aider les entreprises à mettre en œuvre leur devoir de diligence ( big data, blockchain) et, d’autre part, comment mettre en place et assurer le suivi de codes de conduite en matière d’intégrité. Cette responsabilité sociale des entreprises doit aller de pair avec une politique d’intégrité et de bonne gouvernance mise en place et surveillée par les autorités, et ce à tous les échelons institutionnels.

Le séminaire d’aujourd’hui était déjà le quatrième en son genre, après celui organisé lors des missions économiques en Côte d’Ivoire (travail des enfants dans le secteur du cacao), en Argentine (dialogue social) et au Maroc (promotion des droits des femmes via l’entreprenariat). Ces séminaires s’inscrivent dans le cadre des engagements souscrits par la Belgique dans son Plan d’Action National « Entreprises et droits de l’Homme » de juillet 2017, qui prévoit notamment l’organisation d’activités de sensibilisation à ces questions lors des missions économiques princières.

La globalisation ouvre en effet beaucoup d’opportunités d’affaires pour une économie ouverte comme la Belgique. Elle fait de nos entreprises non seulement des acteurs économiques mais aussi des acteurs sociaux dans les pays dans lesquels elles sont actives, une réalité qui ne peut pas être isolée du reste de la politique étrangère de notre pays. C’est la raison pour laquelle la Belgique encourage ses sociétés, qu’elles soient publiques ou privées, à prendre en compte ces dimensions de manière structurelle et transversale dans leurs opérations à l’étranger.

Pour plus d ’informations sur la mission économique princière au Mexique, consultez www.belgianeconomicmission.be ou suivez-nous sur Twitter sous le hashtag #BEmissionMEX