Adoption de Conclusions du Conseil en vue de mettre à jour la relation UE-Afrique

Le Ministre des Affaires étrangères et de la Défense Philippe Goffin salue l’adoption ce mardi 30 juin 2020 de nouvelles conclusions du Conseil de l’Union Européenne concernant la relation entre l’Union européenne (UE) et l’Afrique, auxquelles la Belgique a contribué activement et qui serviront de base aux échanges en vue d’une redéfinition de notre relation avec nos partenaires africains.

L’UE et ses États membres sont le premier partenaire de l’Afrique en matière de commerce et d’investissements, de sécurité, de coopération au développement ou encore de soutien humanitaire. Grâce à l'initiative « Team Europe », l'UE entend, par ailleurs, combiner toutes ses actions extérieures afin d’aider ses partenaires à surmonter la crise du corona, ce qui a et continuera à avoir une influence certaine sur la relation UE-Afrique.

En adoptant ces conclusions le Conseil de l’Union européenne est déterminé à renforcer sa relation avec les États africains (dans toute leur diversité) et avec l'Union africaine afin de construire un partenariat politique plus fort, basé sur le dialogue, ainsi que sur des intérêts et des engagements mutuels, sur des degrés plus élevés de réciprocité, de responsabilité partagée et d'action commune, tout en répondant tant aux aspirations européennes qu’africaines.

Au cours des échanges la Belgique a notamment défendu les priorités suivantes qu’elle se réjouit de retrouver dans lesdites conclusions :

  • La promotion d’un multilatéralisme efficace et d’un ordre international basé sur le droit et sur des institutions internationales fortes;
  • La démocratie, la bonne gouvernance, l’État de droit les droits de l’homme et l’égalité des genres. La Belgique a notamment accordé une attention toute particulière à la santé et aux droits sexuels et reproductifs. Afin de promouvoir le développement de sociétés inclusives et participatives, il conviendra d’accorder une attention particulière à la lutte contre toutes formes de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie ou d’intolérance.
  • La promotion de la paix, la sécurité et la stabilité, au travers de la prévention et de la résolution des conflits, via la mise en œuvre d’approches intégrées (défense, diplomatie, développement, action humanitaire) constituent également des priorités. La Belgique plaide notamment pour une stratégie européenne pour la région des Grands Lacs ainsi que pour un rôle plus important de l’UE en matière de réforme du secteur de sécurité, en bonne coopération avec les Nations Unies et les acteurs de la région, au service des populations de cette région. La Belgique restera également engagée au Sahel, notamment au travers des missions européennes et défend, de façon plus générale, une coopération renforcée entre les Nations Unies, l’Union africaine et l’Union européenne.
  • La Belgique soutient la croissance durable et la création d’emplois décents, tant via la mobilisation du secteur privé que de la coopération au développement. Tant l’accroissement du commerce intra-Africain que la mise en œuvre effective de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) seront essentiels dans la relation commerciale entre les deux continents. La Belgique appuie, par ailleurs, les priorités européennes que sont la transformation numérique, tout particulièrement le «Digital for Development», ainsi que la transition verte et la gestion transparente et responsable des ressources naturelles.
  • La recherche de réponses équilibrées aux questions complexes et pressantes de migration et de mobilité se retrouvera inévitablement au centre des échanges à venir. Le langage de ces conclusions constitue un point de départ intéressant dans cette optique.
  • Les diasporas d’Europe et d’Afrique auront sans conteste un rôle clé à jouer dans ce partenariat.

À plus court terme, la Belgique attend avec intérêt la communication des priorités et des attentes de la partie africaine et se réjouit d’accueillir à Bruxelles le prochain sommet UE-UA. La Belgique appelle également à la conclusion rapide d’un nouvel accord de partenariat ambitieux entre l’UE et les pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique). L'UE se doit, en effet, d’articuler de façon efficace et cohérente ses différentes outils existants et à venir (NDICI, Facilité européenne de paix) si elle veut de franchir une étape cruciale dans sa relation avec l’Afrique. 

Nous travaillons actuellement au renouvellement de notre site web. Afin de mieux savoir qui consulte notre site et quelles informations il ou elle recherche, nous vous demandons de remplir ce court questionnaire. Cela ne prendra que quelques minutes de votre temps. Nous vous remercions d’avance de votre coopération.

Vous pouvez trouver le questionnaire ici : https://qlite.az1.qualtrics.com/jfe/form/SV_4VdkGChG6BNcVXD

Si nécessaire, vous pouvez changer la langue du questionnaire en haut à droite.