Alexander De Croo en Philippe Goffin rendent hommage aux travailleurs humanitaires à l’occasion de la Journée mondiale de l’aide humanitaire

À l'occasion de la Journée internationale de l'aide humanitaire, le vice-premier ministre et ministre de la coopération au développement, Alexander De Croo, et le ministre des affaires étrangères et de la défense, Philippe Goffin, expriment leur grande reconnaissance pour le travail important des héros humanitaires sur le terrain. La Belgique débloque cette année un montant total de 197 millions d'euros de fonds humanitaires, un montant historiquement élevé. Cela fait de notre pays un donateur humanitaire particulièrement loyal et important.

En mémoire des 22 employés de l'ONU qui ont péri dans l'attentat à la bombe contre le bureau de l'ONU à Bagdad le 19 août 2003, le 19 août est déclaré depuis 2008 "Journée internationale de l'aide humanitaire". Cette année, la campagne d’OCHA, le bras humanitaire de l'ONU, met en valeur ces "vrais héros" sur le terrain. "Ces héros humanitaires invisibles travaillent dans des circonstances souvent très difficiles, au risque de leur propre vie. Ils méritent non seulement le respect, mais aussi notre soutien concret" selon Alexander De Croo.

 
L'aide humanitaire belge en 2020

Malheureusement, le monde n'a pas été épargné par les catastrophes humanitaires cette année. La pandémie de COVID19 a eu un impact énorme tant sur les pays développés que sur les pays en développement. Surtout pour les pays qui devaient déjà faire face à une crise humanitaire, les besoins n'ont fait qu'augmenter. La Belgique a donc décidé de débloquer 22 millions d'euros d'aide humanitaire supplémentaire dans le cadre de la lutte contre le Corona.

Plus récemment, le ministre De Croo a débloqué six millions d'euros d'aide humanitaire d'urgence pour faire face à l'état d'urgence à Beyrouth, suite à l'énorme explosion survenue dans le port. Les fonds sont utilisés via des organisations humanitaires partenaires là où les besoins de la population libanaise sont les plus importants : assistance médicale, distribution de nourriture et reconstruction de logements et d'infrastructures.

Demain, B-Fast enverra également un deuxième avion-cargo C130 à Beyrouth. Il s'agit principalement de lait en poudre, d'aliments riches en vitamines et de matériel médical pour soigner les enfants. Cette aide est destinée à l'agence locale d’UNICEF qui - en étroite collaboration avec l'ambassade de Belgique - en assurera la distribution. Vendredi, le ministre Goffin s'envolera pour Beyrouth afin de renforcer encore le soutien belge à la population libanaise.

En outre, notre pays continuera bien sûr à être actif sur le plan humanitaire dans des pays tels que la Syrie, le Yémen, la Libye, le Soudan du Sud, la RDC et la région du Sahel, où la mort dramatique de 8 travailleurs humanitaires français et nigérians la semaine dernière montre une fois de plus les conditions dangereuses dans lesquelles ils doivent travailler.

Au total, le budget humanitaire pour 2020 est de 197 millions d'euros, un record. De plus, notre politique humanitaire est guidée par les principes de "Good Humanitarian Donorship". Ceci est conforme à l'engagement pris par notre pays lors du Sommet humanitaire mondial de 2015. L'un des principes est un financement prévisible des organisations humanitaires afin qu'elles puissent répondre avec souplesse, rapidité et dynamisme à l'évolution des besoins humanitaires, comme c'est actuellement le cas au Liban, par exemple. En moyenne, plus de 60% des fonds humanitaires belges vont à des fonds flexibles. Le soutien belge permet à ces organisations de réagir rapidement, ce qui correspond au profil de notre pays en tant que partenaire multilatéral responsable.

 
L'engagement belge au Conseil de sécurité

Par ailleurs, les aspects humanitaires des nombreuses crises qui sévissent dans le monde ont toujours été au cœur du mandat de la Belgique en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU) qui se terminera à la fin du mois de décembre. Notre pays préconise le respect du droit international humanitaire, en accordant une attention particulière à l'accès et à la protection des travailleurs humanitaires. En tant que co-auteur, par exemple, notre pays a fait des efforts considérables pour renouveler la résolution dite transfrontalière du CSNU, qui devrait permettre une aide humanitaire transfrontalière à la Syrie.

Philippe Goffin : "Les besoins humanitaires de millions de civils dans le nord-est de la Syrie sont énormes. Il y a une énorme pénurie de médicaments et de nourriture, surtout maintenant que la pandémie de COVID19 se propage dans la région. Sans une résolution du CSNU, ils risquent d'être complètement coupés de l'aide humanitaire avec toutes ses conséquences. La sauvegarde de l'accès humanitaire en Syrie et le respect du droit international humanitaire sont donc des priorités pour la Belgique". Le ministre Goffin souligne également la nécessité d'un processus politique dans lequel le rôle de la société civile, y compris le rôle des femmes, est essentiel.

 
Des partenaires compétents

La fourniture d' aide humanitaire est une opération particulièrement complexe. La Belgique travaille avec une multitude de partenaires sur le terrain - l'ONU, la Croix-Rouge, les ONG - qui donnent tous le meilleur d'eux-mêmes sur la base de leur expertise. L'ONU joue souvent un rôle de coordination. Les ONG peuvent répondre aux besoins locaux et sont proches de la population touchée.

En cette Journée internationale de l'aide humanitaire, consacrée aux " vrais héros", les ministres De Croo et Goffin tiennent à exprimer leur grande reconnaissance pour le courage et l'engagement quotidiens de tous nos partenaires sur le terrain et en particulier les ONG belges telles que Médecins sans Frontières, Handicap International, Oxfam, Caritas, Tearfund, Plan International, la Croix-Rouge,...