La Belgique libère 5 millions d’euros pour la recherche d’un vaccin contre le COVID-19 dans le cadre de la CEPI

Le vice-Premier ministre et ministre des Finances et de la Coopération au développement Alexander De Croo va libérer cinq millions d’euros pour le développement d’un vaccin contre le coronavirus. Ces fonds seront versés à la « Coalition for Epidemic Preparedness Innovations » (CEPI), une alliance internationale de partenaires publics et privés, qui entend accélérer le développement d’un vaccin contre le COVID-19. Le virologue Peter Piot, l’un des fondateurs de la CEPI, salue l’effort belge.

La CEPI affectera les budgets au financement d’études cliniques (phase I-IV) et à l’amélioration de la capacité de production mondiale. La CEPI ambitionne de sélectionner au final au moins trois vaccins candidats contre le COVID-19 qui pourront être soumis aux autorités des médicaments.

 
Pas de temps à perdre

“Ce coronavirus mortel se propage à toute vitesse. Si nous voulons sauver des vies humaines, nous devons aussi accélérer le développement de vaccins. La CEPI voudrait procéder à des essais cliniques dans un délai de quatre mois. C’est nettement moins que le délai habituel. Nous n’avons pas de temps à perdre”, a expliqué Alexander De Croo.

La Belgique a adhéré à la CEPI sous l’impulsion du ministre De Croo en 2017. Cette coalition mondiale se fixe pour objectif de faciliter la mise à disposition de nouveaux vaccins contre des maladies infectieuses émergentes et d’ainsi réduire le risque de pandémies à l’avenir. À l’heure actuelle, la CEPI travaille en étroite concertation avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui élabore une réaction internationale coordonnée face au COVID-19.

 
Des Belges à la manœuvre

La Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI) a été fondée il y a trois ans par des États, comme la Norvège et le Japon, des fondations comme le « Wellcome Trust », la Fondation Bill & Melinda Gates et le Forum économique mondial. Un partenariat public-privé multilatéral est selon l’OMS, la forme la plus efficace pour accélérer la recherche et le développement d’un vaccin.

Les Belges Peter Piot, directeur de l’École d’hygiène et de médecine tropicale de Londres, et Paul Stoffels, directeur scientifique de Johnson & Johnson, sont deux des instigateurs du CEPI.

 

Aujourd’hui, on s’active dans le monde entier pour développer au plus vite un vaccin sûr et efficace contre le COVID-19. À ce moment seulement, nous pourrons dire que nous avons vraiment vaincu le virus. La CEPI joue à cet égard un rôle central en tant que coalition internationale de partenaires publics et privés. La contribution de la Belgique va accélérer la recherche d’un vaccin”, a déclaré Peter Piot.

 
Pays les moins avancés

L’adhésion de la Belgique à la CEPI s’inscrit dans la lignée des efforts qu’a consentis la Coopération belge au développement lors de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. Les maladies infectieuses mortelles se développent plus souvent dans les pays les plus pauvres mais aujourd’hui, la CEPI s’efforce de concevoir un vaccin qui pourra être utilisé partout dans le monde. La CEPI veillera à ce que les vaccins mis au point aient un coût abordable pour les pays les plus pauvres.