La Belgique prend la présidence du Conseil de sécurité des Nations Unies

Le 1er février 2020, la Belgique prendra pour un mois la présidence du Conseil de sécurité des Nations Unies. Notre pays siège depuis le 1er janvier 2019 au Conseil de sécurité et cela pour une durée de deux ans. Durant sa présidence, la Belgique mettra plusieurs dossiers thématiques à l’agenda du Conseil, comme la problématique des enfants dans les conflits armés, la justice transitionnelle ainsi que l’importance de la coopération européenne au sein du Conseil.

La présidence du Conseil de sécurité de l’ONU est d’abord une responsabilité : notre pays doit veiller au bon fonctionnement du Conseil et répondre de manière adéquate à tout développement urgent dans les affaires du monde qui nécessite la mobilisation du Conseil. Mais une telle présidence est également une opportunité pour attirer l’attention internationale sur certains thèmes importants pour la diplomatie belge.

Une tradition multilatéraliste

Membre fondateur des Nations Unies, la Belgique a inscrit le multilatéralisme au cœur de sa politique étrangère. Notre engagement européen participe de cette même démarche visant à faire primer le droit et la coopération internationales sur la loi du plus fort. La Belgique est aussi d’avis que la coopération régionale – à l’instar de l’UE - est un vecteur important pour défendre des positions communes et partagées. La prévention des conflits et le respect des droits de l’Homme sont quant à eux les moteurs de l’engagement de notre pays au Conseil de sécurité.

La Charte des Nations Unies confère au Conseil de sécurité la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationales. Alors que ressurgissent un peu partout le nationalisme et l’unilatéralisme, cette responsabilité mérite d’être rappelée et appuyée. La Belgique soutient à cet égard l’initiative « Action for Peacekeeping » du Secrétaire général des Nations Unies António Guterres et appuie les missions de paix des Nations Unies. Sur le terrain, quelque 80 casques bleus belges participent actuellement à ces opérations, essentiellement au Mali.

Des accents propres à l’agenda international

La Belgique a décidé de mettre trois thèmes spécifiques à l’agenda du Conseil de sécurité :

  • Les enfants dans les conflits armés. Aujourd’hui, plus de 420 millions d’enfants (1 sur 5 dans le monde) subissent les conséquences de situations de conflit. Le 12 février, le Roi Philippe s’adressera au Conseil de sécurité sur le thème de « la protection des enfants au travers des processus de paix ». Cette session permettra de débattre des lignes directrices sur la protection des enfants dans les processus de paix développées par les Nations Unies et de mobiliser les membres du Conseil de sécurité autour de cette thématique.
  • La justice transitionnelle. Au sortir d’un conflit, les pays restent souvent confrontés à d’énormes défis comme la violence ou les violations majeures de droits de l’Homme ou du droit humanitaire international. Des communautés autrefois opposées doivent réapprendre à vivre ensemble et à faire société dans une démarche de réconciliation. De plus en plus,les pays en sortie de crise comprennent l’importance de prendre en compte ces traumatismes afin d’aller vers des sociétés apaisées et une paix durable. La justice transitionnelle joue un rôle-clé dans ce domaine. Le 13 février, le Ministre Goffin présidera au Conseil de sécurité un débat public sur « la justice transitionnelle », en présence de plusieurs experts et témoins de premier plan.
  • La coopération européenne au sein du Conseil de Sécurité de l’ONU : La Belgique a invité Josep Borrell, le Haut Représentant pour les Affaires étrangères, à s’adresser au Conseil de sécurité sur le rôle et les actions de l’Union européenne dans les affaires mondiales et sur la coopération entre l’UE et l’ONU. Son intervention – la première en sa qualité de Haut Représentant – est prévue le 25 février.

Le succès de la présidence et du mandat de la Belgique au Conseil de sécurité des Nations Unies est le résultat d’un travail de long cours à New York, à Bruxelles et dans tout le réseau diplomatique belge. L’ensemble de notre diplomatie est mobilisée pour faire de ce mandat une réussite, que ce soient les services de l’Administration centrale à Bruxelles ou nos postes diplomatiques, source précieuse d’analyses au plus près du terrain et relais essentiel des positions défendues par notre pays.

Concernant le Conseil de Sécurité de l’ONU

Quinze membres disposent d’un siège au Conseil de sécurité, dont cinq sur une base permanente : les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France, la Russie et la Chine. Les dix membres élus disposent d’un siège pour une période de deux ans. Parmi eux figurent notre pays ainsi que l’Allemagne, l’Estonie, le Niger, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, la Tunisie, le Vietnam, l’Indonésie, la République dominicaine et l’Afrique du Sud. Dans le passé, la Belgique a déjà siégé au Conseil de Sécurité à cinq reprises : en 1947-1948, 1955-1956, 1971-1972, 1991-1992 et en 2007-2008.

Visionnez aussi notre vidéo : https://youtu.be/GyVWUrm25VQ