La Belgique s’inquiète de l’escalade du conflit dans le nord de l’Éthiopie

La Belgique exprime son inquiétude face à l'escalade du conflit dans le nord de l'Éthiopie et à la crise humanitaire imminente. La Belgique appelle à un cessez-le-feu immédiat de la part de toutes les parties concernées. La Ministre de la Coopération au développement Meryame Kitir a déclaré : "Les acteurs humanitaires doivent bénéficier d'un accès humanitaire rapide, indépendant, sans entrave et inconditionnel à la région du Tigré afin de fournir l'aide indispensable, en toute sécurité, à la population dans le besoin".

La Ministre Kitir a discuté aujourd'hui de la situation en Éthiopie avec le Commissaire européen chargé de la gestion des crises Janez Lenarčič et avertit: "Si cette situation se poursuit, elle causera d'immenses dégâts à la population du Tigré, dans toute l'Éthiopie, et même dans la région. Tous les progrès réalisés au cours des dernières décennies risquent d'être perdus. Les conséquences humanitaires du conflit se font déjà sentir".

La Belgique appelle également toutes les parties concernées à respecter le droit international humanitaire et les droits humains. La Belgique est alarmée par les rapports d'Amnesty International, entre autres, sur des allégations de meurtres et en ligne avec la Haute Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme Michelle Bachelet, demande une enquête immédiate et indépendante.

Le recours aux discours de haine ethnique incitant à la violence est également très inquiétant. Cela menace d'entraîner le pays dans un cercle vicieux destructeur.

La Belgique appelle à un dialogue national inclusif pour résoudre les problèmes sous-jacents du conflit.