Le gouvernement belge envoie de l’aide à Beyrouth

Le Ministre des Affaires étrangères et de la Défense, Philippe Goffin, vient d’annoncer qu’un avion de transport C130 de la Défense s’envolera ce soir à 20h depuis Melsbroek à destination de Beyrouth avec à son bord du matériel médical urgent et humanitaire en faveur des victimes de l’énorme explosion. Les ravages sont considérables et, outre les morts et les blessés, de nombreuses personnes se retrouvent sans toit. Afin de les secourir, des équipements d’accueil seront également acheminés.

Le gouvernement était également disposé à envoyer une équipe multidisciplinaire au Liban, constituée de membres de la Protection civile spécialisés dans la détection de substances dangereuses (moyens de détection CBRN), de membres de la composante militaire de la Défense en vue de la réalisation d’une évaluation complémentaire des besoins médicaux, du Centre des grands brûlés ainsi que de quelques experts chargés d’encadrer la mission. Les autorités libanaises estiment toutefois que le pays n’a pour l’instant plus un besoin urgent de secouristes supplémentaires sur place, mais plutôt de biens humanitaires.

Le Vice-premier Ministre et Ministre de la Coopération au développement, Alexander De Croo, a décidé d’allouer un budget d’un million d’euros à la Croix-Rouge (CICR) pour faire face à l’urgence médicale locale. Il s’agit d’une réorientation d’une partie des fonds humanitaires dans le cadre de l’enveloppe budgétaire existante. Parallèlement, il est également en contact avec des ONG et des organisations humanitaires internationales dans l’optique d’accroître les efforts humanitaires.

Déjà mardi soir, le Ministre des Affaires étrangères et de la Défense, Philippe Goffin, avait proposé l’aide de la Belgique pour assister le Liban à surmonter le plus rapidement possible les conséquences de la terrible explosion. Après réception de la demande officielle libanaise précisant les besoins spécifiques, le Ministre Goffin a immédiatement activé le mécanisme B-FAST et des techniciens de la Défense, des SPF Intérieur, Santé publique, Bosa, Affaires étrangères et Coopération au développement se sont réunis virtuellement afin d’examiner cette demande.