Vingt bougies pour les Protocoles en vue de protéger les enfants des abus sexuels et des conflits armés

Déclaration du ministre des Affaires étrangères Philippe Goffin à l'occasion du 20e anniversaire de deux Protocoles à la Convention des Nations Unies sur les droits des enfants, 25 mai 2020:

Aujourd'hui marque le 20e anniversaire de deux Protocoles facultatifs à la Convention des Nations Unies sur les droits des enfants. Ces textes internationaux étendent considérablement la protection des enfants. Le premier est le Protocole facultatif concernant la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants. Il appelle les parties contractantes à protéger les droits et les intérêts des enfants victimes de la traite des enfants, de la prostitution des enfants et de la pornographie mettant en scène des enfants, ainsi que les pires formes de travail des enfants. Le second concerne le Protocole facultatif concernant l’implication d’enfants dans les conflits armés. Ce protocole interdit aux États parties d'imposer le service militaire aux enfants de moins de 18 ans et impose des restrictions importantes au recrutement volontaire par les forces de moins de 18 ans.

À l'occasion de leur vingtième anniversaire, les deux protocoles ont incité des pays du monde entier à prendre des mesures de protection, à améliorer la prévention, à renforcer les capacités juridiques de poursuite et à mettre en œuvre des réformes en faveur des enfants. La Belgique, elle-même partie aux deux protocoles, continuera à œuvrer non seulement pour la ratification universelle de ces protocoles, mais aussi pour leur mise en œuvre sur le terrain. Notre pays contribue ainsi à une meilleure protection des enfants dans le monde. Toujours dans le cadre de son mandat au Conseil de sécurité, notre pays fait des droits des enfants dans les conflits une priorité.

Mais il reste encore beaucoup à faire. En outre, la pandémie Covid-19 pose de nouveaux défis pour les droits des enfants mis en évidence par les protocoles. Outre le droit à l'éducation et le droit à l'alimentation, qui sont sous pression, la sécurité de nombreux enfants est également menacée par le virus. Le risque de maltraitance et d'exploitation des enfants augmente en raison de l'introduction de mesures visant à lutter contre le Covid-19. Cela vaut certainement pour les enfants les plus vulnérables, comme les 42 à 66 millions d'enfants qui se trouvent dans une situation socio-économique précaire. La nécessité de mesures de protection de l'enfance rapides et adaptées, telles que l'extension des lignes d'assistance, des abris / places, des systèmes de protection de l'enfance non discriminatoires, reste élevée dans ces circonstances exceptionnelles. Les enfants en situation de conflit souffrent également de manière disproportionnée.

Je soutiens donc le Secrétaire général de l'ONU dans sa récente déclaration sur les droits des enfants et dans son appel à une trêve mondiale en ces temps exceptionnels. En plein confinement, alors que les enfants ne sont pas scolarisés et que la récession mondiale s’accentue, le niveau de stress familial augmente. Les enfants sont les victimes et les témoins de violences et d'abus domestiques. Maintenant que de nombreuses écoles sont fermées, un mécanisme important de détection et d'alerte précoce fait défaut. En outre, nous ne devons pas ignorer les risques croissants que les enfants courent à travers la violence, les abus et l'exploitation en ligne. Les sociétés gérant des plateformes de médias sociaux ont une responsabilité particulière en vue de protéger les enfants.

Le 20e anniversaire des Protocoles facultatifs rappelle que les violations des droits des enfants sont le résultat de décisions des adultes, souvent avec des conséquences dévastatrices pour la vie, le développement et la santé de l'enfant. Par conséquent, les instruments de protection de leurs droits, tels que les Protocoles, restent importants et essentiels. La Belgique continuera d'œuvrer à la promotion et à la protection des droits des enfants, tant dans les relations bilatérales, à travers l'UE que dans les forums multilatéraux.