La Belgique soutient l’Agence internationale de l’énergie atomique dans la prévention de la prolifération nucléaire et la coopération nucléaire civile

La Vice-Première Ministre et Ministre des Affaires étrangères, des Affaires européennes et du Commerce extérieur, Sophie Wilmès, se félicite que la Belgique ait octroyé une contribution de 1 607 508 euros à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour la prévention de la prolifération nucléaire et le renforcement de la coopération nucléaire civile.

L'AIEA soutient ses États membres dans l'application des technologies nucléaires et garantit leur utilisation pacifique. La Belgique est un acteur de premier plan dans ce domaine, grâce à son savoir-faire reconnu en matière de recherche scientifique et de médecine nucléaire. En plus de la contribution obligatoire au budget ordinaire, la Belgique soutient l'AIEA chaque année par une contribution volontaire qui renforce le rôle de l'Agence dans la prévention de la prolifération nucléaire et dans la coopération nucléaire civile. La Belgique versera une contribution volontaire de 1 607 508 euros à l'AIEA en 2021, pour financer divers programmes dans ces domaines.

 
La Belgique est engagée contre la prolifération nucléaire

200 000 euros seront alloués à l'initiative COMPASS, un instrument fournissant une assistance sur mesure à un certain nombre de pays participant à ce projet-pilote dans le domaine des garanties, c'est-à-dire les garanties de non-dépôt de matériel nucléaire à usage militaire.

150 000 euros permettront d'aider l'AIEA à vérifier la mise en œuvre par l'Iran du Plan d'action global conjoint. Cet accord renforce le contrôle du programme nucléaire iranien en échange d'un assouplissement des sanctions internationales. L'AIEA veille au respect de l'accord par l'Iran en surveillant son programme nucléaire et en effectuant des inspections sur le terrain.

 
La Belgique soutient la coopération nucléaire civile

La Belgique appuiera plusieurs champs d'action importants de l'AIEA en matière de coopération nucléaire civile grâce à sa contribution :

  • La coopération technique, grâce à une contribution de 707 508 euros au Fonds de coopération technique de l'AIEA, principal instrument financier pour améliorer l'accès aux technologies nucléaires dans des secteurs tels que la santé, l'alimentation, l'agriculture, l'environnement et l'énergie.
  • La médecine nucléaire : 200 000 euros seront alloués à la division "Santé humaine", qui se concentre sur la médecine nucléaire.
  • Des laboratoires nucléaires : 350 000 euros seront utilisés pour la modernisation du complexe de laboratoires de l'AIEA. Ce complexe de laboratoires mène des recherches et soutient diverses applications nucléaires utilisées dans des projets de développement et de renforcement des capacités, comme l'assistance médicale, les applications alimentaires et agricoles, la protection de l'environnement et la formation technologique.