La Ministre Meryame Kitir exprime sa solidarité avec la population libanaise

Ce mercredi 22 septembre, la Ministre de la Coopération au développement et de la politique des Grandes Villes Meryame Kitir s’est rendue au port de Beyrouth, gravement endommagé par des explosions en août 2020.Il s'agit de la première visite d'un ministre belge depuis l'explosion à Beyrouth. Elle a eu l’occasion de se recueillir et de déposer une gerbe de fleurs au mémorial consacré aux victimes, en compagnie des membres de la famille d’une victime belgo-libanaise. Par ce geste, la Ministre Kitir a souhaité exprimer ses condoléances et sa solidarité avec les familles des victimes de cet événement tragique.

"Je suis impressionnée par le combat que mènent chaque jour les familles des victimes pour obtenir justice. C'est un combat difficile mais ils n'abandonnent pas - malgré leur chagrin. Ils méritent que justice soit faite", a déclaré Meryame Kitir.

Immédiatement après la catastrophe, la Belgique s’était tenue au côté de la population libanaise en débloquant une aide humanitaire via des organisations partenaires et en envoyant une aide médicale et humanitaire d’urgence sur place.

L'explosion a eu un impact énorme sur la vie de milliers de personnes au Liban et a entraîné une détérioration rapide de la situation humanitaire et économique du pays.

"Plus de la moitié de la population libanaise vit aujourd'hui dans la pauvreté. Pourtant, je vois une énorme volonté de persévérer. Les enfants veulent aller à l'école. Les gens veulent construire un avenir. Avec notre soutien, nous nous rangeons du côté de la population", a déclaré la Ministre Kitir.

Meryame Kitir a rencontré Mme Najat Rochdi, Coordinatrice spéciale adjointe pour le Liban et Coordinatrice résidente de l’ONU. Elles ont échangé sur la situation humanitaire au Liban, qui s’est détériorée au point que l’approvisionnement en biens de base comme l’électricité, l’eau potable et les médicaments est devenu une lutte quotidienne pour la population, en particulier les plus vulnérables. La Ministre Kitir a pu en prendre conscience sur le terrain lors de ses rencontres avec les bénéficiaires de projets soutenus par la Belgique.

Face aux défis humanitaires auxquels le pays est confronté, la Ministre Kitir a décidé d’allouer 3 millions d’euros supplémentaires au Fonds pour le Liban d’OCHA, le bras humanitaire de l’ONU et 1 million d'euro au Programme alimentaire mondial. Ces montants additionnels portent la contribution humanitaire au Liban à 8 millions d’euros pour 2021. Ce soutien de la Belgique permet à l'ONU de réagir rapidement et de fournir une assistance immédiate et efficace à des pays comme le Liban. Il s'agit de fournitures de première nécessité, comme de l'eau ou de la nourriture, mais aussi d'autres formes d'aide pour traverser la crise actuelle au Liban.

"La crise humanitaire et économique a un impact important sur les réfugiés au Liban, mais aussi sur le peuple libanais. Il est important que personne ne soit laissé de côté. Nous devons être en mesure de répondre aux besoins de toutes les personnes aussi rapidement et efficacement que possible. Le Fonds humanitaire au Liban et nos partenaires sur le terrain ne font aucune distinction : tant les Libanais que les réfugiés dans le besoin peuvent compter sur eux. C'est la seule façon pour tout le monde d'aller de l'avant", a déclaré la Ministre Kitir.

Enfin, la Ministre a eu l’occasion de s’entretenir au sujet des nombreux défis auxquels fait face le Liban avec le nouveau Ministre des Affaires étrangères, en charge de la coordination de l’aide internationale, Abdallah Bou Habib. La Ministre Kitir a salué l’annonce de la formation d’un nouveau gouvernement au Liban. Les réformes structurelles pour surmonter les multiples crises que le pays connaît doivent être mise en œuvre de manière prioritaire et urgente. La stabilité et l’avenir du pays en dépendent. Ce n'est que de cette manière que le peuple pourra retrouver la confiance dans ses dirigeants politiques.