La Belgique et le Royaume-Uni collaborent étroitement pour faire des droits humains une priorité pour les entreprises

Aujourd'hui, la Belgique, en collaboration avec le Foreign, Commonwealth and Development Office (FCDO), le ministère britannique des Affaires étrangères, a organisé un séminaire visant à mettre les droits humains au premier plan des préoccupations de la communauté des affaires, dans le cadre de la mission économique belge au Royaume-Uni.

Le thème "entreprises et droits humains" est une priorité pour notre pays. Suite à l'adoption unanime des "Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme" (UNGP) par le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies en 2011, le gouvernement fédéral, ainsi que les gouvernements régionaux, ont adopté un plan d'action national pour mettre en œuvre ces normes en 2017. Des experts de différents départements ont été sollicités et 33 actions concrètes ont été proposées. Une action consiste à sensibiliser les entreprises et les autres parties prenantes au thème "entreprises et droits humains" dans le cadre des missions économiques belges à l'étranger.

Le Royaume-Uni a également adopté un plan d'action national pour la mise en œuvre de l'UNGP pour la première fois en 2013 et a adopté la loi sur l'esclavage moderne en 2015. Cette loi permet de lutter contre les formes modernes d'esclavage, de veiller à ce que les auteurs de ces actes soient punis de manière appropriée et d'améliorer le soutien et la protection des victimes.

 
Feuille de route 10+ des Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits humains : un regard vers l'avenir

Le thème des droits humains dans les entreprises fait également l'objet d'une attention croissante sur la scène européenne et internationale. Grâce à l'application de l'UNGP, des progrès considérables ont été réalisés au cours de la dernière décennie. Toutefois, des défis importants restent à relever pour assurer une meilleure protection des droits humains, ainsi qu'une meilleure prévention des effets négatifs, en particulier pour les groupes les plus marginalisés et les plus vulnérables. Garantir l'accès à la réparation des préjudices infligés reste également un axe de travail. La feuille de route 10+ de l'UNGP pour la prochaine décennie définit donc des domaines d'action clés pour concrétiser progressivement ces principes.

Avec cet événement, la Belgique et le FCDO espèrent encourager les chefs d'entreprise et les décideurs politiques belges et britanniques à appliquer correctement l'UNGP et à maintenir cette question en haut de l'agenda international.

Au nom des deux gouvernements, le séminaire a été introduit par Tinne Van der Straeten, Ministre de l'Energie, remplaçant la Vice-première Ministre et Ministre des Affaires étrangères Sophie Wilmès, et Andrew Patrick, le représentant britannique pour la migration et l'esclavage moderne, en présence de la Princesse Astrid.

Le Dr. Jan Wouters, professeur de droit international à la KU Leuven et directeur du Leuven Centre for Global Governance Studies, a animé le débat entre les représentants des entreprises et de la société civile. Elisabeth Van Damme (GlaxoSmithKline), Charles Snoeck (IDH-The Sustainable Trade Initiative) sur Beyond Chocolate et Francis West (Shift, principal centre d'expertise sur les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme) ont partagé leurs points de vue sur le débat des valeurs dans les entreprises, l'importance d'un code de conduite, la diligence raisonnable, l'évaluation des politiques en matière de droits humains, le suivi avec des partenaires tiers, la formation des employés, la mesure du succès et le signalement des problèmes.