La violence sexuelle utilisée comme arme de guerre en Ukraine ne peut rester impunie

Le Premier ministre Alexander De Croo, en charge des Affaires étrangères et européennes, s'est réuni aujourd'hui avec Nadia Murad, la militante yézidie pour les droits humains qui a reçu le prix Nobel de la paix en 2018, aux côtés du Dr Denis Mukwege, pour son engagement contre la violence sexuelle comme arme de guerre. Le Premier ministre De Croo a souligné au cours de la discussion que les violences sexuelles actuellement commises par les soldats russes en Ukraine ne peuvent pas rester impunies.

« La violence sexuelle dans les conflits est encore très répandue. Aujourd'hui encore, nous constatons qu’elle est utilisée comme arme de guerre en Ukraine. Les récits brutaux de viols de femmes et de jeunes filles ukrainiennes par des soldats russes sont effroyables. Les auteurs de ces violences doivent savoir qu’elles ne resteront pas impunies. Les violences sexuelles à l'encontre des civils constituent un crime contre l'humanité et sont punissables par la Cour pénale internationale. Il est important que le procureur de la Cour pénale internationale en Ukraine recueille un maximum de preuves et de témoignages afin que des poursuites puissent être réellement engagées », a déclaré le Premier ministre Alexander De Croo.

 
Priorité pour la Belgique

Le programme pour les femmes, la paix et la sécurité est une priorité de la politique étrangère belge. La Belgique vient d'adopter un plan d'action national « Femmes, paix et sécurité » (2022-26), dont l'un des six piliers est consacré à la lutte contre les violences sexuelles liées aux conflits, afin d'améliorer la situation des femmes et des filles dans les situations de (post-)conflit.

La Belgique continue également à mettre systématiquement la question des violences sexuelles dans les conflits à l'ordre du jour des réunions bilatérales et des forums multilatéraux. Ce combat mené par la Belgique s'est également traduit, entre autres, par le financement de Nadia’s Initiative et du Fonds mondial pour les survivant.es.

De plus, la Belgique contribue également au mandat de la représentante spéciale chargée de la question des violences sexuelles en période de conflit, Mme Pramila Patten, et à d'autres initiatives des Nations unies, telles que la Campagne des Nations unies contre la violence sexuelle en temps de conflit et l'Équipe d'experts des Nations unies sur l'État de droit et la violence sexuelle dans les conflits.