La Belgique au secours des victimes oubliées

Croix-Rouge

Chaque année, la Belgique alloue 600 000 euros à la Croix-Rouge pour financer ses interventions lors de « catastrophes silencieuses ». La seule année 2015 a été le théâtre de 346 catastrophes dont (quasiment) personne n’a entendu parler. Pourtant, elles ont causé près de 23 000 décès et affecté environ 100 000 personnes. Le manque de couverture médiatique à ce sujet entraîne une absence de soutien du public.

 
La Croix-Rouge vole à la rescousse

9 des 10 catastrophes ayant bénéficié de l’intervention de la Croix-Rouge sont passées inaperçues. Néanmoins, les conséquences ont été dévastatrices pour les victimes qui se trouvaient déjà dans une situation très précaire.

Très souvent, la Croix-Rouge ou le Croissant-Rouge, au niveau local, est la première et seule organisation sur le terrain. Son intégration dans le tissu local explique qu’elle est l’organisation humanitaire par excellence capable d’intervenir lors de telles catastrophes. Les volontaires de la Croix-Rouge présents sur place vivent au sein des communautés et, par conséquent, dans les régions touchées. Ils sont donc souvent directement affectés. Dès lors, ils connaissent les besoins sur le terrain comme personne et savent parfaitement apporter l’aide adéquate.

 

 
La Croix-Rouge de Belgique offre un soutien financier grâce aux autorités belges

Afin de financer les secours locaux, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge (FICR) a établi un fonds d’urgence pour les secours en cas de catastrophe (« Disaster Relief Emergency Fund », DREF). Il permet de mobiliser immédiatement les ressources requises pour que les volontaires locaux puissent agir très rapidement là où cela s’avère nécessaire. La Croix-Rouge de Belgique peut approvisionner ce fonds grâce au soutien du gouvernement belge, de l’ordre de 600 000 euros par année. Notamment grâce à cette contribution, sur la seule année 2016, l’organisation a pu apporter une aide financière à 11 reprises pour des catastrophes survenues à travers le monde et qui ont à peine été relayées par les médias : lors d’inondations en Inde, au Mali, au Burkina Faso, au Sénégal et en République démocratique du Congo, ou lors d’un tremblement de terre en Tanzanie et d’une épidémie de choléra au Bénin. Ces interventions financières ont permis aux volontaires locaux de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge d’apporter une aide d’urgence à 2,5 millions de personnes, et de sauver de nombreuses vies, loin de l’attention des médias.

 
Davantage de catastrophes silencieuses en raison d’un hiver rude

À l’heure actuelle, 160 000 personnes sont affectées par une crise ignorée des médias. L’hiver extrêmement rigoureux qui frappe la Mongolie, avec des températures descendant jusqu’à -40 °C, met gravement en danger la survie d’une partie de la population. Cette tragédie touche principalement le peuple nomade qui se retrouve coupé de la civilisation en raison d’importantes chutes de neige. Suite aux conditions climatiques exceptionnelles, près de 40 000 familles sont privées d’accès aux soins médicaux, aux denrées alimentaires et autres services.

Ici encore, la Croix-Rouge internationale intervient dans la mesure du possible. Les victimes reçoivent des kits médicaux des mains des volontaires locaux ainsi que de l’argent liquide (cash transfers), ce qui leur offre un peu de répit au niveau financier.

Source : La Croix-Rouge de Belgique
Photo : © International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies

Nous travaillons actuellement au renouvellement de notre site web. Afin de mieux savoir qui consulte notre site et quelles informations il ou elle recherche, nous vous demandons de remplir ce court questionnaire. Cela ne prendra que quelques minutes de votre temps. Nous vous remercions d’avance de votre coopération.

Vous pouvez trouver le questionnaire ici : https://qlite.az1.qualtrics.com/jfe/form/SV_4VdkGChG6BNcVXD

Si nécessaire, vous pouvez changer la langue du questionnaire en haut à droite.