La Belgique soutient le déminage en Irak et en Syrie avec le Service de lutte antimines des Nations Unies (UNMAS)

Comme en 2019 et en 2020, la Belgique versera 2 millions d'euros au Service de lutte antimines des Nations Unies (UNMAS) pour ses activités en Irak et en Syrie. Ces fonds ont été utilisés ces dernières années entre autres pour le déminage, la sensibilisation aux risques et l'assistance aux victimes, contribuant ainsi à soulager les besoins de la population civile. En Irak, par exemple, notre contribution a permis de déployer des équipes de déminage mixtes, avec des femmes et des hommes. Travailler avec ces équipes permet aux démineurs d'établir plus facilement le contact avec les communautés locales et d'instaurer plus rapidement la confiance. Ceci est particulièrement important dans des régions comme le Sinjar, où la minorité yazidie a été victime de violences sexuelles massives et systématiques contre les femmes de la part de l'Etat islamique (EI).


Quels besoins ?

Les besoins en matière de déminage en Syrie et en Irak restent élevés. En Syrie, on estime que la moitié de la population est menacée par des matières explosives non-déclarées. En Irak aussi, les défis sont importants. À Mossoul, par exemple, il reste des millions de tonnes de débris de guerre contenant des restes d'explosifs, y compris des précédents conflits.

L'impact sur la vie et le bien-être de la population est énorme. La présence de restes de guerre entrave le redémarrage de l'agriculture et d'autres activités économiques ainsi que la reprise de la vie quotidienne. L'action contre les mines est donc essentielle pour la stabilisation post-conflit, qui, en Irak et en Syrie, est nécessaire pour contribuer à empêcher le retour de l'EI.

En Syrie, l'UNMAS se concentre sur la protection des civils par l'éducation aux risques et l'assistance aux victimes. La localisation des mines est en train d'être cartographiée afin que l'on puisse progressivement se concentrer sur le déminage.

En Irak, les acteurs nationaux du déminage travaillent déjà efficacement. L'UNMAS s'engage à renforcer les acteurs locaux pour assurer la durabilité des résultats.

 

Une approche sensible au genre

La Belgique veut une politique d'action contre les mines sensible à la dimension genre. L'UNMAS accorde une grande attention à l'intégration de la dimension de genre dans son travail, entre autres en augmentant la participation des femmes au déminage, qui sert d'exemple social important. L'action antimines ne peut être véritablement durable que si elle est sensible au genre et inclusive. Il est important que les besoins et les perspectives des femmes, des filles, des garçons et des hommes soient tous pris en compte.