Voyager en Équateur : Conseils aux voyageurs

En voyage en Équateur ? Découvrez nos conseils de voyage pour cette destination. Les conseils aux voyageurs ont valeur d’avis et ne sont pas contraignants.

Santé et hygiène en Équateur

Informations sur la santé et l’hygiène en Équateur.
  1. Toujours valable le
  2. Dernière mise à jour le

À l'heure actuelle, il n'existe pratiquement aucune restriction de voyage liée au COVID en Équateur. Seuls les passagers présentant des symptômes (toux, malaise général, perte d'odorat, perte de goût, éruptions cutanées, etc.) doivent compléter une déclaration de santé de voyageur, sous format papier ou digital. Cette déclaration est disponible sur le site web du Ministère de la Santé publique.. Si la plateforme digitale n’est pas disponible, une version papier peut être présentée.

Pour embarquer vers les îles Galápagos, tous les touristes doivent présenter une carte de contrôle du trafic (TCT) émis par le gouvernement régional des îles Galapagos. Plus d’information est disponible ici.

Lorsque vous préparez un voyage, il est aussi essentiel de connaître les mesures applicables à la fois dans le pays de destination et dans les pays de transit.

Si vous tombez malade au cours d'un voyage, il est généralement conseillé de ne pas sortir tant que vous vous sentez malade. S'il s'agit d'un cas confirmé de COVID-19, soit par un autotest, soit par un diagnostic clinique de votre médecin généraliste, il est recommandé de rester dans votre logement et de vous isoler pour éviter toute propagation.

En cas de maladie, il est important de limiter la propagation du virus sur le plan social. Si vous devez sortir, il est fortement recommandé de rester à une distance d'au moins 1,5 mètres des autres. Portez un masque si vous rencontrez d'autres personnes, en particulier celles dont la santé est fragile et évitez les lieux très fréquentés.

Coûts/infrastructure soins médicaux

À Quito et Guayaquil il existe de bons hôpitaux privés, pourvus d'équipements modernes et de médecins très qualifiés. Ils tendent généralement à être très chers et le paiement doit se faire à l'avance. Il est donc conseillé de disposer d'une carte de crédit permettant de couvrir les frais (VISA, AMEX, Diners Club) et de disposer d'une bonne assurance voyage. Les cliniques privées ont l’obligation de prendre en charge toutes les urgences mais dans la pratique, elles exigent un dépôt de garantie effectué par carte de crédit avant tout traitement médical de fond. Le fait d’être affilié auprès d’une compagnie d’assurance et de rapatriement ne dispense pas du dépôt de garantie par carte de crédit, dont le plafond des dépenses doit être de 3.000 USD au minimum. Compter de 50 à 100 dollars pour une consultation.

Nos consulats honoraires pourront vous conseiller en fonction de votre situation personnelle et de votre lieu exact de séjour. Les hôpitaux et dispensaires publics tendent par contre à être sous équipés.

La plupart des médicaments peuvent se trouver sur place, parfois avec un nom générique différent. Il est donc conseillé de se renseigner sur les médicaments essentiels dont on pourrait avoir besoin ou de les emmener avec soi.


Risque eau potable et alimentation

Il est recommandé de ne consommer que de l'eau en bouteille scellée. Les petits restaurants très bon marché peuvent parfois manquer d'hygiène. Il est préférable d'éviter d'y consommer des légumes crus ou en salade. De même, il convient d'éviter dans ce genre d'établissements les viandes incomplètement cuites, et en particulier le porc.

Vaccinations

Voir cette page


Malaria / Paludisme

La malaria est endémique en Amazonie et dans la zone côtière. Il est fortement conseillé de dormir sous une moustiquaire, d'utiliser des produits anti-moustiques contenant du DEET et de prendre un produit prophylactique pour les courts séjours. En fonction de votre état général, votre médecin vous indiquera le type de traitement le mieux adapté.

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site de l’Institut de Médecine tropicale.


Dengue

La dengue est une infection virale transmise par les moustiques qui piquent surtout pendant la journée et en début de soirée. La dengue est endémique en Amazonie et dans la zone côtière et surtout pendant la saison des pluies. Les symptômes sont une fièvre élevée, des douleurs musculaires et articulaires ainsi que des éruptions cutanées. Il n'existe pas de vaccin. Étant donné que cette maladie est dangereuse et parfois mortelle, il est important de consulter immédiatement un médecin lors de la constatation des symptômes et de se protéger contre les moustiques, en utilisant un produit anti-moustiques contenant du DEET, en dormant sous une moustiquaire et en portant des vêtements longs. La dengue survient dans les villes ainsi qu'à la campagne. 


Diarrhée du voyageur

Les mesures visant à prévenir la diarrhée du voyageur, telles le lavage des mains et la désinfection de l'eau potable, sont essentielles. Dans le traitement de la diarrhée, il est primordial de prévenir et de traiter la déshydratation. Pour prévenir la déshydratation, on peut utiliser des solutions salines spéciales, disponibles en pharmacie. Il vaut mieux éviter les anti-diarrhéiques en vente dans les pharmacies locales ; ceux-ci sont le plus souvent inefficaces voire même dangereux. 

Fièvre jaune

En juin 2016, l’OMS a décidé que le certificat de vaccination contre la fièvre jaune serait désormais valable à vie. Néanmoins, il n’est pas certain qu’une seule dose protège à vie tous les voyageurs. Pour cette raison, on n’hésitera pas à pratiquer une dose de rappel de vaccin fièvre jaune en cas de doute.

Il est conseillé de consulter le lien de l'Institut de Médecine tropicale à Anvers.

Le vaccin contre la fièvre jaune est recommandé, surtout pour les voyages en Amazonie où la maladie est présente. 

Zika

Dans plusieurs pays d’Amérique latine et des Caraïbes sévit une épidémie de maladie à virus Zika, transmis par le moustique Aedes Aegypti, qui pique surtout en journée. L'infection est le plus souvent asymptomatique mais les symptômes suivants peuvent se manifester: fièvre, maux de tête, éruptions cutanées, douleurs musculaires et articulaires, fatigue et yeux rouges. Il est recommandé aux voyageurs de se protéger contre les moustiques en utilisant un produit anti-moustiques contenant du DEET, en dormant sous une moustiquaire et en portant des vêtements longs.

Le virus est à l'origine de cas de microcéphalie chez le nourrisson. Il est dès lors recommandé aux femmes enceintes ou qui aspirent à l'être dans un futur proche de reporter leur voyage. Si celui-ci ne peut être postposé, nous les invitons à prendre contact avec leur médecin et à prendre toutes les précautions nécessaires afin de se protéger des piqûres de moustiques.

Par mesure de précaution, il est conseillé aux voyageurs revenant d’une zone où sévit l'épidémie d’éviter tout rapport sexuel non protégé pendant au moins deux mois après le retour. En cas de symptômes comparables à ceux du virus Zika mentionnés ci-dessus, nous vous invitons à consulter votre médecin.

Pour plus d’informations sur l’épidémie et les mesures préventives, veuillez consulter le site de l’OMS, du SPF Santé publique ou de l’Institut de Médecine tropicale.

Haute altitude

Les voyageurs qui souhaitent parcourir la partie andine de l'Equateur devront vérifier si leur condition physique leur permet d'être actifs à de telles altitudes. Monter en haute altitude comporte des risques même pour les personnes en bonne santé. En cas de séjour dans les Andes, il est recommandé de s'acclimater et de ne pas entreprendre d'efforts importants pendant les premiers jours. Prenez contact avec l'Institut de Médecine tropicale avant votre départ. Il est également conseillé de ne pas entreprendre des promenades seuls, de toujours faire appel à un guide et de respecter les mesures de sécurité d'usage en montagne.