Voyager en Suède : Conseils aux voyageurs

En voyage en Suède ? Découvrez nos conseils de voyage pour cette destination. Les conseils aux voyageurs ont valeur d’avis et ne sont pas contraignants.

Législation locale en Suède

Informations sur la législation locale en Suède.
  1. Toujours valable le
  2. Dernière mise à jour le

En tant que visiteur en Suède, vous êtes soumis, comme les Suédois, à la législation suédoise.

Drogues

Le trafic de drogue est très sévèrement puni en Suède. Bon nombre de Belges ont largement sous-estimé les règles en vigueur et ont été condamnés à  des peines de prison ferme allant de quatre à dix ans pour trafic de stupéfiants. Les aéroports et frontières terrestres (notamment vers le pont entre le Danemark et la Suède) et les centres ferroviaires font l’objet  de contrôles constants.

Alcool

En Suède, la consommation d'alcool est interdite aux moins de 18 ans. Il faut avoir minimum 20 ans pour acheter de l'alcool (uniquement dans des magasins appartenant à l’Etat) et disposer d'un document d'identité le prouvant. Si vous conduisez en état d'ivresse en Suède, vous risquez de sérieuses peines. Transgresser la limite fatidique du 0,2 pour mille peut avoir de lourdes conséquences: retrait du permis de conduire ou parfois même une peine carcérale.

Sexualité

La prostitution existe en Suède, mais elle très discrète. La Suède a interdit l'achat de services sexuels : en d'autres termes, c'est le client qui est punissable, pas la /le prostitué(e).

La société suédoise est très tolérante à l’égard des LGTB (Lesbian, Gay, Transgender, Bisexuel).

La police se montre intransigeante face à toute offense d’ordre sexuel.

Photographie

Il est interdit de photographier certains lieux en Suède, comme par exemple, certaines installations militaires ou certains musées. Des panneaux d'interdiction rappellent clairement ces interdictions.

Us et coutumes

Le principe de l'inviolabilité physique de chaque individu est fondamental en Suède. Personne ne peut être touché contre son gré. Cette interdiction s’applique également aux enfants : le fait de frapper ou de saisir brutalement un enfant, même le sien, tombe sous le coup de la loi qui est appliquée très strictement (loi sur l’interdiction des punitions corporelles, qui peut entraîner des peines de prison).