Pays partenaires

Un aperçu des 14 pays partenaires de la coopération gouvernementale et des autres pays en développement qui bénéficient de l'aide belge. La coopération belge est de préférence active dans des secteurs où une expertise a été construite et où des résultats utiles ont été obtenus.

Burkina Faso

Le Burkina Faso est situé dans la partie sud de la zone sahélienne et n'a pas d'accès à la mer. La coopération belge au développement au Burkina Faso est mise en œuvre par différents canaux. Un aperçu de la coopération gouvernementale, de la coopération non gouvernementale, de la coopération multilatérale et de l'aide humanitaire au Burkina Faso.
  1. Dernière mise à jour le

Le Burkina Faso se situe dans le Sud de la zone sahélienne et ne possède pas d’accès à la mer. La rareté et la mauvaise répartition des pluies provoquent des migrations fortes des populations, principalement du Nord et du Centre vers les villes, vers le Sud-Ouest du Burkina Faso et vers les pays voisins.

Le Burkina Faso est dépendant de l’agriculture paysanne pour nourrir sa population. L’agriculture et le développement d’une économie rurale performante sont au centre des enjeux liés à l’approche du droit des populations à une alimentation de qualité et en quantité suffisante.

De nombreux défis caractérisent le développement du monde rural notamment:

  • l’importance de la population active dans l’agriculture;
  • la vulnérabilité aux catastrophes naturelles et au changement climatique;
  • enjeux liés à l’environnement (pollution vs pratiques durables);  
  • crises alimentaires récurrentes ;
  • enjeux démographiques,
  • inégalités sociales et économiques, inégalités de genre, problèmes de mobilisation de ressources publiques et qualité des services sociaux…);
  • pression sur les facteurs de productions face aux nouveaux usages (mines) et inégalité d’accès, notamment sur l’eau et le foncier, la fragilité du pays s’est radicalement accrue et la cohésion sociale, la paix et la légitimité de l’Etat sont mises sous pression.

La violence perpétrée par les groupes armés non étatiques a occasionné la fermeture d’écoles et de centres de santé. Les sociétés minières et sites d’orpaillage sont de plus en plus souvent pris pour cible, l’exploitation aurifère traditionnelle et industrielle offrant des potentielles sources de financement aux groupes armés.  Cette dégradation de la situation sécuritaire a entrainé une crise humanitaire sans précédent et un déplacement important de populations.

L’exportation reste rudimentaire et très instable et dépend fortement du thé et surtout du café. Cependant, l’exportation de ces cultures souffre de prix fluctuants sur le marché international. Le taux d’investissements étrangers reste bas. Les périodes particulièrement instables font diminuer la demande interne et causent donc des ralentis économiques. L’exode vers l’étranger implique aussi une diminution du pouvoir d’achat citoyen. L’inflation augmente. La crise du COVID-19 a un effet négatif sur le volume de l’économie informelle, roue de secours pour les plus pauvres.

Image
Burkina Faso sur une carte

© Shutterstock

La coopération belge au développement au Burkina Faso est mise en œuvre par différents canaux :

auxquels s'ajoute le volet :

Coopération gouvernementale

La coopération gouvernementale belge pour le développement du Burkina Faso vise à améliorer les conditions de vie de la population burkinabée, à travers des partenariats avec les institutions publiques du pays.

Sinds België de gouvernementele samenwerking met Burkina Faso heeft hervat, wil ons land de democratische en socio-economische ontwikkeling van het land structureel ondersteunen via twee krachtlijnen: duurzame en inclusieve economische groei en een op mensenrechten gebaseerde benadering.

La Belgique intervient dans le cadre de son programme gouvernemental dans les quatre secteurs suivants :

Entrepreneuriat

Afin d’améliorer la compétitivité des entreprises rurales et urbaines, et de créer plus d’emplois décents, la Belgique appuie l’entrepreneuriat inclusif et durable. L’objectif est de faire émerger et de consolider de petites et moyennes entreprises dans le secteur de l’économie verte, de l’agroalimentaire et de l’artisanat. Le projet veille à l’inclusion des organisations de producteurs dans les chaines de valeur et veut diversifier et rendre les services financiers plus adaptés pour soutenir la création et le développement des entreprises. Via Enabel la Belgique réhabilite également des infrastructures économiques et aménage des pistes rurales pour désenclaver certaines zones de la région.

Sécurité

Cette intervention veut renforcer la sécurité dans la région, notamment par la construction et l’équipement de postes de police communale dans les zones actuellement sans forces de sécurité intérieure. Enabel aidera à identifier les priorités des plans de sécurité locaux et contribuera à améliorer la collaboration entre les forces de sécurité intérieure et la population.

Genre

Via le programme « Elle décide » : Promouvoir la planification familiale et la répression des violences à l’égard des femmes et des filles constitue le fil rouge de l’intervention « Elle Décide ». L’accès à de l’information de qualité sur les différentes thématiques liées à la santé est primordial pour renforcer les femmes et les jeunes filles dans l’exercice de leurs droits. Aussi, Enabel appuie les autorités locales dans la prise de mesures nécessaires à la consolidation des droits sexuels et reproductifs.

Renforcement des capacités

La coopération gouvernementale belge veut également renforcer les compétences innovantes et numériques, des jeunes, des adultes et des entreprises dans la région, pour qu’ils s’impliquent davantage dans le développement socioéconomique de leur région.

Image
Rue d'Ouagadougou

© Shutterstock

Coopération non gouvernementale

Les Organisations de la société civile (OSC) jouent un rôle important au Burkina Faso et sont incontestablement reconnues comme des partenaires de l’État. Mais leur développement est de plus en plus menacé par les débats sur la qualité et l’efficacité de leur action et par la restriction croissante de la liberté d’expression, de réunion et d’association

Les acteurs belges de la coopération non gouvernementale actifs au Burkina Faso travaillent en collaboration avec la société civile locale. Leurs cibles stratégiques actuelles concernent:

  • Une attention renforcée aux enjeux de fragilité de façon transversale, avec certaines approches (par exemple :1A, 2A, 3A…), la référence plus marquée à l’eau, l’hygiène et l’assainissement dans la cible 3 portant sur la santé, le lien systématique entre les approches et la cohésion sociale, le souci de souligner le lien entre ressources naturelles et cohésion sociale (cible 1,2 et 5)… Ce choix traduit la prise en compte du principe clef de l’agenda 2030 – Leave No One Behind et d’intégrer des éléments de Nexus au sein des différentes cibles lorsque c’est pertinent.
  • L’intégration transversale de la recherche dans la plupart des cibles et non plus uniquement au niveau de la cible 4
  • L’intégration plus nette des enjeux de justice au sein de la cible 5. Une série d’éléments sont transversaux
  • Les droits des femmes et les inégalités de genre sont des points d’attentions majeures pour l’ensemble des acteurs et des priorités stratégiques partagées. Chaque cible et ses approches le traduisent de façon transversale. Le tableau ci-dessous le souligne, chaque cible contribuant à l’ODD 5.
  • De même, si l’environnement et sa dégradation font l’objet d’une cible spécifique, les autres cibles intègrent des approches sensibles à l’environnement, voire visent directement sa défense et son amélioration.
  • Leave No One Behind – le CSC vise à réduire les inégalités et les discriminations pour l’ensemble des groupes sociaux. La dégradation du contexte accroit l’impérative prise en compte des plus vulnérables dans les programmes de développement et le besoin de s’attaquer aux causes structurelles de la pauvreté et de l’exclusion.

 

Image
Rue d'Ouagadougou

© Shutterstock

Le Burkina Faso bénéficie de la coopération non gouvernementale à travers différents canaux :

  • organisations non gouvernementales (ONG) belges
  • universités et institutions scientifiques ;
  • syndicats ;
  • APEFE et VVOB ;
  • villes et communes

Dans le cadre de ces programmes, il existe également une coopération étroite avec les organisations locales burkinabè, tant les organisations de la société civile que les institutions publiques. Leur principal objectif est de renforcer la société civile afin de réduire les inégalités.

Coopération multilatérale

Pour atteindre les objectifs de développement, la Belgique participe aux côtés d'autres donateurs tels que l'Union européenne et la Banque mondiale à des programmes multilatéraux dans les domaines des soins de santé, de l'éducation, de l'environnement, de l'aide humanitaire et de la gouvernance (élections, justice).

Dans le cadre de cette coopération multilatérale, la Belgique applique le principe du « core funding » par lequel une contribution est apportée aux moyens généraux des organisations multilatérales partenaires.

Image
Un village au Burkina Faso

© Shutterstock

Aide humanitaire

Dans les contextes fragiles, les différentes crises humanitaires et politiques justifiant une aide humanitaire durent de plus en plus longtemps. Dans de telles situations, il est important de sauver des vies, mais aussi de promouvoir l'autonomie en se concentrant sur des projets qui font le lien entre l'aide structurelle, l'aide humanitaire et la consolidation de la paix.

Au Burkina Faso, la Belgique consulte également de manière régulière d'autres acteurs de la coopération au développement (organisations locales, autres donateurs, autres ONG) à propos des thématiques suivantes :

  • le renforcement de l'appropriation démocratique des partenaires ;
  • l'alignement sur leurs politiques, procédures et systèmes de gestion ;
  • l'harmonisation avec les autres donateurs ;
  • la gestion orientée résultats ;
  • la responsabilité mutuelle ;
  • une meilleure prévisibilité des moyens.