Pays partenaires

Un aperçu des 14 pays partenaires de la coopération gouvernementale et des autres pays en développement qui bénéficient de l'aide belge. La coopération belge est de préférence active dans des secteurs où une expertise a été construite et où des résultats utiles ont été obtenus.

République démocratique du Congo

La République démocratique du Congo est le plus grand pays d'Afrique subsaharienne et le principal pays partenaire de la coopération au développement belge. La coopération au développement belge en RDC est mise en œuvre via différents canaux. Un aperçu de la coopération gouvernementale, de la coopération non gouvernementale, de la coopération multilatérale et de l'aide humanitaire en RDC.
  1. Toujours valable le
  2. Dernière mise à jour le

La République démocratique du Congo est le plus important pays partenaire de la coopération au développement belge. Malgré la grande diversité de ses richesses naturelles, elle reste néanmoins un des pays les plus pauvres au monde.

Les défis à relever en matière de développement et de lutte contre la pauvreté y sont énormes. La faiblesse de la structure administrative du pays, le manque de sécurité juridique et le faible accès aux services sociaux constituent un obstacle à la réalisation des Objectifs de développement durable.

L'OCDE qualifie la RDC d'État fragile, ce qui s'accompagne de recommandations spécifiques pour la coopération au développement. La thématique de la fragilité est de plus en plus intégrée dans la coopération au développement belge en République démocratique du Congo et ailleurs.

Image
Carte de la RDC

© Shutterstock

Coopération gouvernementale

La coopération gouvernementale belge pour le développement de la RDC vise à améliorer les conditions de vie de la population congolaise à travers des partenariats avec les institutions publiques du pays. Elle est essentiellement mise en œuvre au niveau des provinces.

La coopération au gouvernementale entre la Belgique et la République démocratique du Congo remonte à l'indépendance et a repris en 2000, après neuf années de suspension. La Belgique est traditionnellement active dans plusieurs secteurs : agriculture, infrastructures, enseignement, soins de santé, appui institutionnel et bonne gouvernance.

Le programme de coopération actuel se concentre sur les thématiques suivantes :

Agriculture et développement rural

Près de 80 % des Congolais vivent en milieu rural et l'agriculture est le principal secteur économique du pays. Le Congo entend revitaliser ses zones rurales par le développement de structures de production modernes et le renforcement des petits agriculteurs.

La coopération gouvernementale belge soutient cette vision en intervenant auprès des exploitations familiales et des acteurs publics provinciaux :

  • des efforts sont faits pour améliorer la quantité et la qualité de la production agricole
  • les activités de transformation, de stockage et de commercialisation de la production sont soutenues
  • les acteurs publics provinciaux sont renforcés dans leur fonction d’appui, de suivi et de coordination du secteur agricole.
Image
Paysage du Kivu

© Shutterstock

Formation professionnelle

L'offre en formations professionnelles pertinentes et adaptées aux besoins de la société et des entreprises reste une question délicate au Congo. La population congolaise est composée en grande partie de jeunes, et le pays doit être en mesure de leur offrir des perspectives.

Aussi, notre soutien dans le secteur de l'éducation se concentre sur l'enseignement technique et la formation professionnelle. Ces domaines d'action sont prioritaires pour le développement du pays, au sein duquel le besoin d'une main-d'œuvre qualifiée se fait urgemment sentir. Au-delà de la formation, un accent important est également mis sur l’accompagnement vers l’insertion professionnelle ou l’auto-emploi (développement de l’entrepreneuriat).  Une attention particulière est accordée à l'égalité des genres.

Santé

Les programmes santé mis en œuvre par la coopération gouvernementale visent à offrir à la population un meilleur accès, tant physique que financier, à des soins de santé de qualité.

Outre les centres de santé et les hôpitaux, la coopération gouvernementale soutient dès lors également la gestion du système de santé.

Au niveau central, un appui est apporté au Ministère de la Santé notamment pour la mise en place d’un système d’approvisionnement en médicaments de qualité, pour la surveillance épidémiologique et pour l’élaboration des politiques, des normes et des stratégies du secteur.

Un programme particulier est consacré à la prise en charge holistique des victimes de violences sexuelles.

Infrastructures

Différents projets dans le secteur de l’eau (accès à l’eau potable grâce notamment à l’énergie photovoltaïque) ou de l’électrification sont également mis en œuvre via la coopération gouvernementale.

Les programmes de la coopération gouvernementale sont mis en œuvre par l'agence belge de développement Enabel.

Image
Scène de marché en RDC

© Shutterstock

Coopération non gouvernementale

La République démocratique du Congo bénéficie de la coopération non gouvernementale à travers une grande diversité d’acteurs belges. Au total, une soixantaine d’acteurs belges sont actifs en RDC à travers leurs programmes quinquennaux. Leurs principaux secteurs d’intervention sont la santé, l’agriculture et les droits de l’homme.

Dans le cadre de ces programmes, il existe une coopération étroite avec les organisations locales, tant les organisations de la société civile que les institutions publiques. Leur principal objectif est de soutenir la société civile congolaise ainsi que de renforcer les compétences et les capacités de leurs partenaires congolais, .

Les objectifs stratégiques des acteurs non gouvernementaux de la coopération belge au développement en RDC sont les suivants :

  • Promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes
  • Garantir la préservation et la gestion durable de l’environnement et des ressources naturelles afin de contribuer au bien-être humain, à la résilience des populations au changement climatique et aux catastrophes naturelles et à une plus grande équité sociale
  • Garantir un enseignement inclusif et qualitatif pour tous respectant les droits de l’enfant
  • Améliorer l’accès aux soins de santé de qualité et promouvoir le droit à la santé pour toutes et tous
  • Favoriser l’agriculture émancipatrice et durable, orientée vers le marché et une utilisation efficiente et durable de l’énorme potentiel qu’offre le Congo en matière de sylviculture, d’agriculture, d’élevage et de pêche, avec une attention particulière à l’agriculture familiale et l’augmentation des revenus des ménages agricoles
  • Renforcer la gouvernance à tous les niveaux politiques et améliorer le respect des droits humains
  • Renforcer le secteur culturel 
  • Promouvoir et renforcerl’entrepreneuriat
Image
Habitante de RDC

© Shutterstock

Coopération multilatérale

Pour atteindre les objectifs de développement, la Belgique participe aux côtés d'autres donateurs tels que l'Union européenne et la Banque mondiale à des programmes multilatéraux dans les domaines des soins de santé, de l'éducation, de l'environnement, de l'aide humanitaire et de la gouvernance (élections, justice).

Dans le cadre de cette coopération multilatérale, la Belgique applique le principe du « core funding » par lequel une contribution est apportée aux moyens généraux des organisations multilatérales partenaires.

Aide humanitaire

Dans les contextes fragiles, les différentes crises humanitaires et politiques justifiant une aide humanitaire durent de plus en plus longtemps. Dans de telles situations, il est important de sauver des vies, mais aussi de promouvoir l'autonomie en se concentrant sur des projets qui font le lien entre l'aide structurelle, l'aide humanitaire et la consolidation de la paix.

Développement transitionnel et gouvernance

Dans le cadre du développement de transition et gouvernance, la Belgique a lancé plusieurs projets, notamment pour améliorer la transparence dans le secteur les ressources naturelles.

En République démocratique du Congo, la Belgique consulte également de manière régulière d'autres acteurs de la coopération au développement (organisations locales, autres donateurs, autres ONG) à propos des thématiques suivantes :

  • le renforcement de l'appropriation démocratique des partenaires ;
  • l'alignement sur leurs politiques, procédures et systèmes de gestion ;
  • l'harmonisation avec les autres donateurs ;
  • la gestion orientée résultats ;
  • la responsabilité mutuelle ;
  • une meilleure prévisibilité des moyens.