Biodiversité

 

La Convention sur la diversité biologique des Nations Unies poursuit la préservation de la diversité biologique et l’utilisation durable de ses composants. Une attention spéciale est accordée à une répartition équitable et honnête des avantages qui découlent de l’exploitation de la richesse génétique. De plus, la convention vise à atteindre l’accès aux moyens d’aide génétique compte tenu des droits sur ces ressources. Un transfert adapté des technologies et les connaissances traditionnelles sont essentiels pour les pays les moins avancés. En 2002, l’assemblée des parties prenantes à la Convention sur la diversité biologique a décidé d’imposer des restrictions significatives en matière de biodiversité à l’horizon 2010.

Pour la Belgique, le SPF Environnement a contribué en 2001 à hauteur de 95 000 euros environ à l’UNCBD en tant que participation volontaire pour le fonctionnement du Secrétariat permanent. Depuis 2002, la DGD contribue au financement du Secrétariat de la Convention pour approximativement le même montant. À la suite de l’entrée en vigueur du protocole entre les autorités fédérales et les autorités des régions et communautés, la contribution fédérale a baissé pour atteindre 30 % de cette somme, multipliés par une marge de sécurité de 5 % pour faire face aux fluctuations du cours du change.

L’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique est le Point focal national belge pour la « Convention sur la diversité biologique » (CBD), le Centre d'échange d'informations pour la biodiversité « Clearing House Mechanism » (CHM) [1] et l’ « Initiative taxonomique mondiale » (GTI). Il fait également partie des membres fondateurs du « Consortium de partenaires scientifiques sur la biodiversité » dont l’objectif est de renforcer les capacités des pays en voie de développement dans le domaine de la biodiversité.

La Direction générale de la Coopération au Développement et l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique ont commencé à travailler ensemble en 1999 en réponse à une demande d'assistance de la RD Congo pour le CHM. Ce projet, spécifiquement orienté vers les pays africains, a dispensé une formation sur le développement de sites web pour les points focaux et webmasters CHM.

La nouvelle stratégie 2014-2023 de l’IRScNB vise à atteindre l’objectif général de « renforcer les capacités scientifiques et techniques nécessaires à une mise en œuvre plus efficace de la Convention sur la diversité biologique et de son Plan stratégique pour la biodiversité 2011-2020 en tant que contribution à la réduction de la pauvreté et au développement durable dans le monde ».

Outre ces activités axées sur le Sud, la DGD et l’IRSNB organisent régulièrement des séances de formation au sein de la DGD afin de mettre en place une approche transversale plus efficace sur le plan environnemental, et plus spécifiquement une plus grande protection de la biodiversité, dans les programmes et projets de la Coopération belge au développement.

 Dimension 3 : dossier Biodiversité (PDF, 2.29 Mo)


----------------------
[1] Outil de la CBD, le CHM est un réseau mondial qui facilite l’échange d’informations et la coopération entre pays.