Le financement par subsides des ANG (coopération indirecte)

 

Le financement et le contrôle des initiatives de développement des acteurs non gouvernementaux sont de la compétence de la Direction générale de la Coopération au Développement (DGD). Depuis 1997, l’organisation de la coopération non-gouvernementale s’articule autour des principes suivants :

  • Une approche programme s’appuyant sur une vision à moyen terme du développement ;
  • Un droit étendu d’initiative dans le choix des partenaires à aider et des stratégies à mettre en œuvre ;
  • La responsabilité effective de l’atteinte des objectifs fixés et des moyens financiers mis à disposition.

L’Etat belge négocie des accords-cadres avec les acteurs de la coopération non-gouvernementale, accords qui déterminent les objectifs des actions et leurs modalités d’exécution...

La coopération indirecte concerne actuellement :


Plus d'infos


Efficacité de l’aide

Pendant 10 mois, le gouvernement belge et les coupoles et fédérations des organisations non gouvernementales de développement ont mené un dialogue en vue d'améliorer la coopération non gouvernementale et d'accroître la cohérence des politiques gouvernementales en faveur du développement ainsi que la qualité et la quantité de l'aide. Ceci a abouti à un nouvel accord entre les ONG et le gouvernement, qui s'engagent mutuellement à améliorer l'efficacité de l'aide. Parmi les résultats les plus significatifs, on notera la réduction du nombre de pays où interviendront les ONG et la volonté du gouvernement d'œuvrer pour une annulation totale de la dette des pays les moins avancés.