Rwanda

Carte et drapeau Rwanda

Capitale : Kigali
Indicateur du développement humain (2013) : 167/187 pays
Espérance de vie à la naissance : 55,7 ans
Profil pays HDI (PNUD) :  http://hdr.undp.org/fr/countries

La République du Rwanda est pour la Belgique le 2ème pays partenaire bénéficiant de son aide publique au développement. L’évolution des chiffres de l’aide publique belge au développement pour ce pays le confirment : l’APD de la Belgique au Rwanda n’a cessé de croître depuis la reprise de notre coopération après plusieurs années de blocage dû au génocide. Elle est passée de 15,3 millions d’euros en 2004 à une moyenne oscillant depuis 2008 entre 46 et 57 millions d’euros par an.

La coopération bilatérale est de loin le canal le plus important de notre coopération. Les dépenses de la coopération bilatérale directe au Rwanda se sont élevées à 32,1 millions d’euros en 2008, 42,6 millions d’euros en 2010 et 44,9 millions d’euros en 2011.

La reprise de la coopération gouvernementale date de 2004 avec la signature d’une Convention Générale et d’un Programme Indicatif de Coopération 2004-2006 (75 millions d’euros), avec le Développement rural, la Santé et la Bonne Gouvernance comme secteurs principaux. Le 19 mai 2011, une Commission mixte de Coopération Rwanda-Belgique a convenu d’un nouveau Programme Indicatif de Coopération pour la période 2011-2014 d’un montant de 160 millions d’euros (soit en moyenne 40 millions d’euros par an) avec possibilité de renforcement (tranche incitative de 40 millions d’euros supplémentaires) à partir de septembre 2013, si des avancées concrètes dans le domaine de la gouvernance démocratique et d’ouverture de la société (presse) sont constatées.

Les caractéristiques principales de ce nouveau PIC 2011-2014 sont : l’accent sur l’accès à l’énergie et sur sa production (énergies renouvelables : géothermie), priorité du développement au Rwanda; l’appropriation des interventions de développement; l’accent sur le renforcement des capacités; la promotion et l’intégration de l’égalité des chances entre les hommes et les femmes ; la gouvernance et la justice au travers de la coopération déléguée.

Les principaux secteurs ciblés par les programmes en cours hors PIC actuel sont : accès à l’électricité des populations rurales au travers des énergies renouvelables, production hydroélectrique, reforestation (énergie), accès à l’eau potable, appui à la santé, appui à la formation professionnelle, appui à la formation agricole et production de semences.

Ces quatre dernières années, les dépenses de la coopération non-gouvernementale au Rwanda ont connu une légère diminution, passant de 6,5 millions d’euros en 2009 à 5,8 millions d’euros en 2011.

La coopération belge non-gouvernementale au Rwanda passe par plusieurs canaux : les ONGs belges (2,8 millions d’euros en 2012), les ONGs locales (0,5 millions d’euros en 2011), la coopération universitaire et scientifique et d’autres organisations spécialisées.

Parmi les ONGs actives au Rwanda actuellement en 2013, on peut citer :

  • Solidarité Protestante (lutte contre le sida)
  • Croix Rouge de Belgique (protection des enfants vulnérables et réduction des risques de catastrophes)
  • ADA (renforcement des capacités de production et structuration en coopératives)

Via le Fonds belge pour la Sécurité alimentaire, la Coopération belge finance actuellement 2 projets visant l’amélioration de la sécurité alimentaire au Rwanda. Les projets en cours sont mis en œuvre par des ONGs (AQUADEV et Caritas) pour un total de 5.205.069 euros.


Aide humanitaire

Les opérations humanitaires au Rwanda sont financées à travers différentes lignes budgétaires de la coopération au développement et de la diplomatique préventive. Le financement était de 1,15 millions d’euros en 2010 et 0,98 millions d’euros en 2011. L’aide humanitaire est mise en œuvre par le biais de divers canaux (organisations multilatérales et ONGs). En outre, les organisations humanitaires internationales (UNHCR, OCHA, etc.) reçoivent depuis 2009 des contributions à leurs ressources générales mais également aux fonds flexibles comme le «Central Emergency Response Fund» (CERF). Ces contributions, qui bénéficient indirectement au Rwanda, sont universellement attribuées et il est donc impossible d’estimer le montant exact vers chaque bénéficiaire particulier.


Corruption

Etant donné que la corruption constitue une entrave au développement, la Belgique a décidé en 2010 de financer, via l’allocation de base «transition», le projet de Transparancy International qui vise à mettre en place des Centres d’Assistance Juridique et d’Action Citoyenne, en s’appuyant sur des acteurs locaux. La Belgique appuie le renforcement du centre de Kigali ainsi que la création de deux centres locaux. Ces centres fournissent un soutien juridique aux victimes et aux témoins de la corruption.


Plus d'infos


La représentation belge

Site pays Rwanda