Société belge d’investissement pour les pays en développement (BIO)

 

BIO

Le 5 décembre 2013, la Chambre des Représentants a approuvé une nouvelle loi modifiant la Loi de 2001 relative à la création de BIO, la Société belge d’investissement pour les pays en développement. BIO s’inscrit désormais comme acteur de référence au sein de la Coopération belge en ce qui concerne le financement du secteur privé local.

L’émergence d’un secteur privé fort et durable est en effet un vecteur incontournable d’améliorations globales, significatives et durables des conditions de vie de la population locale. BIO, en tant qu’institution financière de développement, est reconnue par la nouvelle loi comme étant le dispositif belge de soutien au secteur privé des pays en développement, et sa réforme fait partie intégrante du processus de modernisation de la coopération belge au développement.

BIO se voit ainsi confirmée sa mission spécifique de soutien aux micro, petites et moyennes entreprises locales comme pierre angulaire du développement socio-économique durable. Le mandat de BIO est élargi à de nouveaux domaines d’activités sectoriels, tels que les services de base à la population et le soutien aux entreprises d’économie sociale et solidaire. BIO pourra intervenir dans 52 pays, y compris la catégorie des pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure, dont  plusieurs sont par ailleurs partenaires de la coopération gouvernementale belge.

BIO intégrera dans ses politiques et procédures de financement les restrictions prévues par la loi relatives aux investissements dans ou via des états considérés comme non-transparents et à fiscalité peu élevée ou inexistante.

La nouvelle loi reconnait aussi à BIO un rôle au sein des outils de la coopération au développement belge, dans un souci de meilleure cohérence et de collaboration avec les acteurs belges de la coopération belge.

En ce qui concerne les relations entre  BIO et le Ministre de la Coopération, la nouvelle loi prévoit le remplacement des conventions annuelles par des contrats de gestion quinquennaux. Un projet de contrat de gestion pour la période 2014-18 est actuellement en cours d’élaboration entre l’Etat belge et BIO.

En 2001, BIO avait été créée par deux actionnaires : l’Etat belge représenté par le Ministre de la Coopération au Développement  et la SBI - Société Belge d’investissement international.  Fin 2013, l’Etat belge a racheté les parts de la SBI et est donc devenu actionnaire unique de BIO.

Dans les pays en voie de développement, les PME doivent faire face à des problèmes structurels, notamment les réglementations complexes, le manque d’infrastructures et l’accès insuffisant à des moyens de financement adaptés à leurs besoins. BIO entend donner aux PME un meilleur cadre de travail et leur faciliter l’accès au capital. BIO intervient parfois directement auprès des PME locales par le biais d’une participation au capital ou de prêts. En plus du financement direct de PME, BIO soutient par des prêts ou des investissements en capital des institutions financières locales (banques, sociétés de leasing, microfinance) qui octroient du financement aux PME locales. BIO intervient également dans le financement de fonds nationaux ou régionaux d’investissement qui, notamment, financent des PME ou des institutions financières, notamment des institutions de microfinance. Depuis 2010, BIO finance également des projets privés d’infrastructures, notamment dans le domaine des énergies renouvelables.

Dans le cadre du renforcement de la stratégie d’appui au développement du secteur privé local, BIO sera amenée à travailler plus étroitement avec les autres grands outils de la coopération belge, principalement la CTB.

En savoir plus : www.bio-invest.be