Gouvernance socio-économique et financière

L’élargissement des acquis de la construction européenne en matière économique et sociale reste la principale tâche d’avenir, de manière à améliorer la convergence des politiques et à prévenir des épisodes d’instabilité, à l’instar de la crise financière qui a démontré l’interdépendance de tous les États membres. L’espoir d’une plus grande autonomie et d’une capacité budgétaire commune pour l’Eurozone reste à accomplir. L’Union européenne devra continuer à joindre les forces avec l’OCDE et les gouvernements des pays tiers afin de lutter contre l’évasion fiscale des entreprises, qui sape encore trop souvent la confiance de l’opinion publique dans le projet européen et nuit au bon fonctionnement du Marché unique.

Dans l’intérêt des citoyens européens, l’Union bancaire - déjà bien en marche avec de nouvelles règles et mécanismes de surveillance et de résolution - devra être parachevée  par l’assurance commune des dépôts, le troisième pilier de ce projet dont la réalisation cherche à couper le lien néfaste entre les finances publiques et le sauvetage des banques. Les bénéfices de la Monnaie unique sont à consolider non seulement par une politique monétaire avisée de la Banque centrale européenne, mais aussi grâce aux réformes structurelles et à la discipline budgétaire, qui relèvent de la responsabilité des États membres.

Une structure adaptée du cadre budgétaire de l’Union européenne devra être davantage en mesure de soutenir ses objectifs et politiques principaux, et de formuler une réaction rapide aux crises imprévues, telles que celle des migrants. Des mécanismes novateurs tels que le Fonds Européen pour les Investissements Stratégiques, qui produisent déjà de bons résultats en matière d’investissement, devront être étudiés pour assurer plus de flexibilité au budget commun.

L’intensification de la mobilité des travailleurs restera indispensable pour maintenir la compétitivité des entreprises européennes, avec l’accent sur des réponses appropriées à apporter en commun au fléau du dumping  social. Il est d’autre part à espérer que des mécanismes tels que la Garantie pour la Jeunesse endigueront le chômage des jeunes, aussi via la réalisation d’un agenda des compétences mieux ciblé.

 
Pour en savoir plus