Environnement et santé

 
Environnement

En bref

Les problèmes environnementaux, comme la pollution de l'air, ne s'arrêtent pas aux frontières nationales. En partie sous l'influence d’évolutions mondiales, l'UE a constitué un acquis impressionnant, témoignant de la recherche conjointe, par les États membres, de solutions aux problèmes environnementaux transfrontaliers, tels la pollution de l'air et de l'eau ainsi que la perte de biodiversité. Le système européen d'échange de droits d'émission en est l’exemple par excellence. Le plus grand marché du carbone au monde a pour objectif de réguler les émissions de gaz à effet de serre dans des conditions économiquement avantageuses. Cette approche européenne garantit en outre une concurrence loyale entre les États membres, qui appliquent souvent des règles différentes.

 
Objectifs pour la Belgique

Notre pays s’efforce de jouer en tout temps un rôle proactif et constructif dans les discussions sur la politique environnementale européenne. L'objectif est de concilier un haut niveau de protection environnementale avec la prise en compte des effets potentiels sur le tissu social et les principes d'une concurrence loyale, en concordance avec les trois piliers du développement durable. Une harmonisation très poussée et l’application systématique de la méthode communautaire sont les mots d’ordre en la matière. Notre pays attache également une grande importance aux principes de précaution et du pollueur-payeur.

Des objectifs ambitieux en matière de qualité de l'air amènent divers avantages sur le plan de l'amélioration de la santé publique. Néanmoins, notre réseau de transport très développé et notre tissu industriel très dense permettent difficilement à un pays comme la Belgique d’atteindre les objectifs souvent très ambitieux en matière de qualité de l’air fixés par l’UE.

Depuis la présidence belge en 2010, l'utilisation prudente et efficiente des ressources naturelles et des matières premières occupe une place importante dans l'agenda européen. Des concepts tels que la gestion durable des matériaux, la gestion économe des ressources naturelles et l'économie circulaire ont, depuis lors, fait leur entrée dans la politique des États membres. Notre pays souligne, tant au niveau européen que mondial, la nécessité d'adopter des modes de production et des habitudes de consommation plus durables. Fin juin 2016, les États membres de l’UE ont validé un vaste plan d’action pour l’économie circulaire, et notre pays salue la mise en œuvre effective et efficiente des différentes actions et mesures reprises dans ce plan d’action. Un nouveau plan d’action a entre-temps été annoncé, qui porte une grande attention au lien entre économie circulaire et climat, à une politique des produits plus cohérente avec un renforcement du rôle du consommateur, et enfin au besoin d’une approche plus préventive de la politique de gestion des déchets.

Le septième programme d'action pour l’environnement (période 2012-2020) est le cadre politique européen actuel et constitue le fil conducteur de la politique environnementale au sein de l'UE. Par le biais de ce programme, la Commission européenne a tenté de mettre en place une économie efficiente et durable, au sein de laquelle la nature est protégée et renforcée, et la santé et le bien-être des citoyens garantis. Le programme en cours arrive à son terme, mais un 8e programme d’action pour l’environnement a été annoncé dans le cadre plus large du Pacte vert, pour la plus grande satisfaction de notre pays. Ce programme sera plus ciblé et dans la lignée des objectifs de l’Accord de Paris ainsi que des objectifs de développement durable.

Enfin, l'écologisation du processus du Semestre européen forme depuis plusieurs années un point d'attention transversal auquel notre pays a accordé une attention constante. Le Semestre européen devrait constituer un outil au service de la constitution de synergies entre l'environnement, d'une part, et des domaines d’action politique tels que l'industrie, la recherche et développement et l'innovation, d'autre part. La nouvelle Commission européenne a dans tous les cas franchi une première étape dans l’établissement de telles synérgies en intégrant les objectifs de développement durable dans le Semestre européen.


Santé

En bref

Les États membres de l'UE organisent principalement leurs propres soins de santé au profit de leurs citoyens. L'Union complète les politiques nationales en fixant des objectifs communautaires. Une approche européenne permet également des économies d'échelle grâce à un regroupement des moyens, par exemple l’achat commun de vaccins. L'UE offre une assistance pour relever des défis communautaires tels que les épidémies, les maladies chroniques ou le vieillissement.

La politique de santé de l'UE se traduit par une stratégie de santé qui inclut la prévention en promouvant un mode de vie plus sain, un accès aux soins de santé égal pour tous (indépendamment des revenus, du sexe, de l’origine ethnique, etc.) et la lutte contre les graves menaces internationales en matière de santé.

Au printemps 2020, l’Union européenne a été gravement touchée par la pandémie de COVID-19. Malgré les compétences limitées dont l’Union dispose pour formuler une réponse à ce sujet, les institutions et agences européennes sont pourtant parvenues à adopter des mesures coordonnées à court terme dans différents domaines : acquisition conjointe d’équipements de protection, établissement de directives concernant les méthodes de test, traçage des contacts, approbation d’aides d’État flexibles et adoption de mesures économiques afin d’atténuer les conséquences sociales et économiques pour les États membres, et plus particulièrement pour les ménages et les entreprises.

 
Objectifs pour la Belgique

Notre pays appuie, dans les grandes lignes, les points d'attention de la politique européenne mentionnés ci-dessus.

Bien que, depuis les différentes réformes de l'État, de nombreuses compétences en matière de santé aient été transférées aux régions et aux communautés - notamment la prévention et l'éducation dans le domaine de la santé - les lignes directrices de la politique belge émanent principalement du niveau fédéral. Il en va de même pour ce qui est de la coordination des actions au niveau européen.

Notre pays s'investit au niveau européen en faveur de soins de santé durables, accessibles et de grande qualité. Dans ce contexte, la Belgique participe à la réflexion sur l'application des outils technologiques et applications numériques dans le cadre des soins, par exemple la télémédecine et la santé mobile.

D’autres priorités thématiques de la politique belge portent sur les conséquences du vieillissement, la problématique de la démence et la prévention de la consommation de substances nocives pour la santé, à savoir l'alcool et le tabac. Notre pays prête également attention à la problématique des inégalités en matière de santé entre États membres et en leur sein.


Liens utiles