Marché intérieur et industrie

 
En bref

Le marché intérieur repose sur les quatre grandes libertés (biens/personnes/services/capitaux) en ce sens que toutes les mesures nécessaires sont prises pour faciliter la vie quotidienne et créer plus d'opportunités pour les consommateurs, les entreprises, et les pouvoirs publics, qui investissent, achètent et vendent des biens et des services dans le marché intérieur européen.

Avec la nouvelle législature européenne, la recherche d’une croissance durable passant par une transition vers une économie neutre en carbone implique une vision plus large et intégrée du marché intérieur, qui s’inscrit davantage dans la ligne des politiques industrielle et commerciale. 

Le marché intérieur reste un chantier permanent, en témoigne son intégration imparfaite dans le marché des services au vu des barrières persistantes, certaines propositions de la Commission heurtant la sensibilité des États membres dans la mise en place de leurs propres réglementations.


Objectifs pour la Belgique

Le déclenchement de la crise liée à la pandémie de COVID-19 a démontré qu’au-delà des réflexes de certains États membres (contrôles aux frontières ou interdictions d’exportation de marchandises critiques …), les avancées dans le bon fonctionnement du marché intérieur restent particulièrement fragiles, et qu’il convient que la Commission puisse jouer un rôle actif de gardienne du Traité dans le monitoring et le maintien des instruments existants pour éviter d’autres dysfonctionnements à l’avenir, et ainsi préserver les fondements du marché intérieur. Il convient donc de se focaliser sur la relance, la résilience et l’autonomie stratégique ouverte de l’UE afin de rendre le marché intérieur plus résistant face aux éventuelles crises futures, tant au niveau de la santé que dans d’autres domaines (la cybersécurité, par exemple).

Il est en effet essentiel pour la Belgique que la libre circulation et le libre accès aux biens et services soient garantis  au moyen d’un marché intérieur sans entraves. Dans le cadre de cet objectif, la Belgique continue dès lors à rechercher une harmonisation maximale des règles, étant donné qu’elle s’avère plus facile à mettre en œuvre. La  qualité de la législation  sera logiquement garantie à travers une législation flexible et exempte de charges administratives, sans perdre de vue l’importance de promouvoir le marché intérieur en termes de visibilité auprès du citoyen (le fameux « acquis communautaire »). L’application de l’acquis, entre autres grâce à une transposition dans les délais et de qualité, constitue une préoccupation constante. Pour cette raison, la Belgique appelle à un nouvel approfondissement du marché intérieur en tant que moteur de croissance et d’emploi,  s’accompagnant entre autres d’une convergence économique, fiscale et sociale (lutte contre le dumping social) progressive. Nous devons permettre au marché intérieur de fusionner avec le marché numérique, avec  l’avènement d’une économie des données et de la transition verte (Pacte vert).

Parmi les thèmes prioritaires pour la Belgique figurent une meilleure intégration du marché des services, la croissance des PME/start-ups, l’économie numérique (données) et l’émergence de nouvelles technologies (intelligence artificielle…). La Belgique suit de près les thèmes suivants en lien avec les agendas numérique et vert: l’économie circulaire, l’émergence du commerce électronique et des plates-formes, les projets importants d’intérêt européen commun (Important Projects of Common European Interest, IPCEI)…

La stratégie industrielle européenne de la Commission offre une première réponse à la Belgique qui plaide depuis longtemps pour un tel cadre européen en la matière ainsi que pour un renforcement de la compétitivité de l’UE au niveau mondial, notamment à travers l’intégration et la diversification dans les chaînes de valeur européennes et mondiales. Dans ce contexte, le concept d’autonomie stratégique gagne en puissance dans le débat européen et doit être approfondi ; il ne peut en aucun cas se traduire en une forme quelconque de protectionnisme.


Liens utiles