Les conseillers en diplomatie économique

 

La diplomatie économique a toujours été une priorité de la politique étrangère de la Belgique. Notre pays a besoin de l’extérieur et dès 1830 l’une des tâches principales de nos diplomates a été de développer la prospérité de la Belgique. Aujourd’hui plus que jamais, il est important que nos postes diplomatiques soient épaulés par des hommes et des femmes de terrain, solidement implantés dans le tissu politique et économique local.

Par l’arrêté royal du 24 janvier 2013, le ministre a tenu à réaliser un projet initié par ses prédécesseurs, à savoir la mise sur pied d’un réseau de conseillers en diplomatie économique. Semblable dans son mode de désignation et de fonctionnement au défunt système des conseillers du Commerce extérieur, ce nouveau réseau s’en distingue par une nouvelle appellation et par le fait que les champs d’expertise des conseillers ont été réorientés. Les candidats conseillers en diplomatie économique doivent ainsi être familiers du cadre institutionnel et du climat socio-économique de la Belgique et disposer d’une expertise des questions sociales, économiques et financières du pays où ils sont actifs. Cela évite ainsi non seulement toute confusion avec les attachés économiques et commerciaux, mais aussi tout risque de chevauchement de responsabilités avec ceux-ci.

Qui sont–ils ?

Les Conseillers ne sont pas rémunérés et résident de manière permanente dans le pays, dont ils connaissent les usages du monde politique, financier et des affaires. Il est attendu d’eux qu’ils fassent preuve d’entregent et qu’ils disposent du carnet d’adresse qui accompagne une riche expérience professionnelle. Souvent de nationalité belge, ils peuvent aussi être des ressortissants du pays où ils exercent leur mission, voire éventuellement d’un pays tiers. Il n’y a pas de limite d’âge.

Que font–ils ?

Les conseillers informent le ministre par le biais de nos postes diplomatiques et consulaires et  prodiguent des conseils sur toute question d’ordre économique, financier ou sur les potentialités intéressant notre pays. Nos intérêts dans le monde seront mieux défendus grâce aux connaissances de terrain de ce réseau bénévole, favorisant la croissance et  l’emploi en Belgique.