Le Fonds monétaire international (FMI)

 

Le Fonds monétaire international (FMI) est une institution financière internationale chargée d’assurer la stabilité du système monétaire et financier international. Basé à Washington, il est gouverné par ses 186 pays membres devant lesquels il est responsable. 


Instruments du FMI

Le FMI dispose essentiellement de trois types d’instruments afin d’assurer sa mission de stabilité du système monétaire et financier international :

  • la surveillance des politiques économiques de ses pays membres, également connue par l’appellation « Consultation Article IV » en référence à l’article correspondant des statuts du FMI.
  • l’assistance technique aux pays membres dans son domaine d’expertise.
  • les prêts aux pays membres faisant face à des difficultés de balance des paiements.


Quotes-parts au FMI

Les quotes-parts génèrent l’essentiel des ressources financières du FMI. Chaque pays membre se voit attribuer une quote-part sur la base de son importance relative dans l’économie mondiale. Cette quote-part détermine pour chaque pays:

  • le montant de sa contribution financière au FMI
  • le montant qu’il peut lui emprunter
  • le nombre de voix qui lui est attribué.


Gouvernance

L’organe décisionnel le plus élevé du FMI est son Conseil des gouverneurs. Celui-ci est composé des Gouverneurs de Banque centrale des 186 pays membres et se réunit une fois par an.

Un Comité monétaire et financier international, composé de 24 membres au niveau ministériel ou des gouverneurs de banque centrales, formule des avis à l’attention du Conseil des gouverneurs. Il se réunit deux fois par an.

Le Conseil d’administration est chargé de la gestion quotidienne du FMI. Il est actuellement composé de 24 Directeurs exécutifs qui sont chacun à la tête d’un groupe de pays (constituency).

Le Directeur général du FMI préside le Conseil d’administration et dirige l’administration du FMI.


Perspective historique

Le Fonds monétaire international (FMI) a vu le jour lors de la conférence de Bretton Woods en juillet 1944. Les 45 gouvernements alors représentés voulaient établir un cadre de coopération pour prévenir le retour aux politiques économiques désastreuses qui avaient contribué à la Grande Dépression des années 30. Le premier Directeur général du FMI fut le belge Camille Gutt qui a exercé cette fonction de 1946 à 1951.

Lors de sa création, le FMI avait objet principal de garantir le bon fonctionnement du système monétaire de Bretton Woods, c’est-à-dire un système de taux de change fixe dans lequel chaque Etat fixait sa monnaie par rapport à l’or ou par rapport au dollar. En 1969, le FMI crée un instrument de réserve complémentaire: les Droit de Tirage Spéciaux (DTS). Les DTS sont alloués aux pays membres proportionnellement à leur quote-part. Le DTS sert également d’unité de compte au FMI.

Le système monétaire de Bretton Woods a été remis en cause en 1971 avec la fin de la convertibilité du dollar en or. En janvier 1976, les membres du FMI ont signé les accords de la Jamaïque qui ont permis le flottement des monnaies. Le rôle initial du FMI qui était de garantir un système de taux de change fixe disparaît. Le dollar est cependant resté le principal instrument de réserve international.

Avec la crise de la dette dans les années 80, le FMI a été amené à faire de plus en plus de prêts à des pays connaissant des difficultés financières. Ces prêts étaient assortis de conditions de réformes forts étendus (appelées programmes d’ajustement structurels) qui ont été critiqués pour leur caractère jugé parfois excessif.

Après une diminution notable dans la première moitié des années 2000, les prêts du FMI ont augmenté de façon considérable suite à la crise économique et financière à partir de 2008.

En matière de gouvernance, le FMI a entrepris ces dernières années un processus de réforme visant à accroître la représentation des pays émergents. Ce processus de réforme s’est accéléré avec la crise économique et financière et les mesures décidées dans le cadre du G20. Une nouvelle réforme des quotes-parts est notamment en cours d’élaboration. Le mode de financement du FMI, les conditions qu’il attache à ses prêts et les montants accordés aux Etats emprunteurs ont également fait l’objet de réformes.