L’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF)

 

Créée en 1970 à Niamey, l’Organisation Internationale de la Francophonie regroupe aujourd’hui 88 Etats, membres de plein droit, membres associés et observateurs, ayant le français en partage. La Belgique, membre fondateur de l’organisation, y dispose de deux sièges (Belgique fédérale et Fédération Wallonie-Bruxelles) en raison de la répartition des compétences entre le niveau fédéral et le niveau de ses entités fédérées.

Si le siège de l’OIF se trouve à Paris, l’organisation dispose, par ailleurs, de six bureaux régionaux et de quatre représentations permanentes (auprès des Nations Unies à New York et à Genève, auprès de l’Union européenne à Bruxelles et auprès de l’Union africaine à Addis-Abeba). Tous les deux ans, un sommet de la Francophonie rassemble les chefs d'État et de gouvernement des pays membres afin de définir l'orientation politique et les grandes lignes de la coopération. L’organisation est placée sous l’autorité d’un Secrétaire général de la Francophonie, désigné pour un mandat de quatre ans. Depuis le 1er janvier 2019, la titulaire du poste est la Rwandaise Louise Mushikiwabo.

L’OIF contribue à la promotion de la paix, de la démocratie, des droits humains, de l’égalité entre hommes et femmes, du français dans le cadre du multilinguisme et de la diversité culturelle. A ce jour, l’OIF est connue pour ses missions d’observation électorale et ses journées culturelles annuelles de la Francophonie.

En outre, l’OIF se caractérise par la diversité de ses « instances ». C’est ainsi qu’elle s’appuie sur deux organes subsidiaires : l’Institut de la Francophonie pour le Développement Durable (IFDD) à Québec et l’Institut de la Francophonie pour l’Education et la Formation (IFEF) à Dakar. De plus, elle associe à son action les quatre opérateurs directs de la Francophonie : l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF), l’Université Senghor d’Alexandrie et TV5 Monde. Par ailleurs, son action s’exprime également au travers de deux conférences ministérielles permanentes - la Conférence des Ministres de l’Education des Etats et Gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) et la Conférence des Ministres de la Jeunesse et des Sports de la Francophonie (CONFEJES) - et l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF), dotée d’un statut consultatif.

La Francophonie, c’est aussi de grands événements internationaux impliquant les Etats et Gouvernements membres à l’instar des Jeux de la Francophonie. Nés de la volonté des Chefs d’État et de Gouvernement ayant le français en partage de créer une solidarité au sein de la jeunesse francophone, ils offrent une possibilité de rencontre, d’enrichissement et de stimulation collective, tant culturelle que sportive. Le Comité international des Jeux a été mis en place en 1989 par la Conférence des Ministres de la Jeunesse et des Sports et est, depuis 2006, rattaché à l’OIF en tant qu’organe subsidiaire.

 
Liens utiles

Portail général :  
https://www.francophonie.org/

Cadre stratégique actuel :
https://www.francophonie.org/sites/default/files/2019-10/sommet_xv_csf_2015_2022_0.pdf

Programmation telle que révisée à la Conférence Ministérielle de Monaco :
https://www.francophonie.org/sites/default/files/2019-10/Programmation_OIF_20019_2022_modif_CMF_36_30102019.pdf

Recrutement / postes à pourvoir :
https://oif.profilsearch.com/recrute/fo_annonce_lister.php