Nations Unies

 

Les Nations Unies (ONU) sont une organisation internationale fondée en 1945. La Belgique est l'un des 51 membres fondateurs de l'organisation, qui compte aujourd'hui 193 États membres. La mission et les activités des Nations Unies sont guidées par les objectifs et les principes énoncés dans son traité fondateur : la Charte des Nations Unies.

Son statut international unique et les pouvoirs qui lui sont conférés par la Charte lui permettent d'agir afin de relever nombre des grands défis auxquels l'humanité est confrontée au 21e siècle. Il s'agit notamment de la paix et de la sécurité, du changement climatique, du développement durable, des droits humains, du désarmement, du terrorisme, des catastrophes humanitaires, des crises sanitaires, de l'égalité des sexes et de la sécurité alimentaire.

Les Nations Unies remplissent également une importante fonction de forum. Les membres peuvent exprimer leurs opinions à l'Assemblée générale, au Conseil de sécurité et au Conseil économique et social, ainsi que dans de nombreux autres organes et commissions du système des Nations Unies. Ce forum de dialogue mondial permet aux États membres de parvenir à un accord et de résoudre les problèmes ensemble.

Les Nations Unies sont dirigées par le Secrétaire général. Depuis janvier 2017, il s'agit du Portugais António Guterres. En juin 2021, il a été nommé par l'Assemblée générale pour un second mandat.

Les Nations Unies ont leur siège à New York, mais sont également très présentes à Addis-Abeba, Bangkok, Beyrouth, Genève, Nairobi, Rome, Santiago et Vienne, et disposent de bureaux dans le monde entier. L'organisation compte six langues officielles : anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe.

Vous trouverez davantage d’informations sur les Nations Unies ici.

 

Politique belge aux Nations Unies

La Belgique est un fervent défenseur des principes du multilatéralisme, qui fait partie de notre ADN diplomatique. Dans un monde où les pays sont de plus en plus interdépendants et les sociétés plus interconnectées que jamais, la coopération internationale est une nécessité absolue. Le multilatéralisme est décisif pour la stabilité internationale, des démocraties plus fortes et un plus grand bien-être pour tous. Les Nations Unies jouent un rôle décisif en la matière.

Les objectifs de la politique étrangère et de développement belge sont alignés sur ceux des Nations Unies et de ses programmes, fonds et agences spécialisés. Dans ce cadre, notre pays préconise des contributions financières durables et prévisibles et poursuit une grande implication politique dans le système des Nations Unies. Pendant la période 2019-2020, notre pays a siégé au Conseil de sécurité des Nations Unies pour la sixième fois déjà de son histoire en tant que membre non permanent.

Sur le plan socio-économique, notre pays défend un multilatéralisme efficace et inclusif. De concert avec la communauté internationale, la Belgique met tout en œuvre pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD) et soutient les efforts des Nations Unies pour promouvoir les droits humains. Ainsi, notre pays est candidat à un siège au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies pour la période 2023-2025. Depuis la création de cet organe en 2006, la Belgique a été membre à deux reprises, de 2009 à 2012 et de 2016 à 2018.

La politique multilatérale de notre pays s'inscrit dans le droit fil de celle de l'UE. Notre pays a approuvé les Conclusions sur l'action de l'UE visant à renforcer le multilatéralisme fondé sur des règles, adoptées par le Conseil de l'Union européenne le 17 juin 2019 et renforcées par une communication conjointe début 2021. Dans ces conclusions du Conseil, l’UE préconise un système multilatéral efficace, pertinent et résilient, qui demeure fidèle aux règles et principes de la Charte des Nations Unies.

Le multilatéralisme, avec les Nations Unies en son cœur, est la pierre angulaire de la politique extérieure de l'UE. En leur qualité de premier contributeur financier collectif, l'UE et ses États membres jouent un rôle important dans l'établissement de l'agenda multilatéral. Depuis la pandémie de COVID-19, l’UE propose une coopération multilatérale encore plus intense.

À l'instar de l'UE, notre pays soutient la nécessaire modernisation des Nations Unies et préconise des réformes destinées à rendre l'organisation plus efficace, plus transparente, plus démocratique, plus représentative et plus responsable. À cette fin, il est essentiel d'améliorer les méthodes de travail de l'Assemblée générale et de réformer le Conseil de sécurité. La Belgique souhaite également renforcer les convergences entre les trois grands domaines dans lesquels les Nations Unies sont actives, à savoir la paix et la sécurité, le développement durable et les droits humains.

Consultez nos postes vacants sur « Travailler à l'ONU ».

 

La Belgique au Conseil de sécurité de l'ONU

En 2019-2020, la Belgique a siégé pour la sixième fois en tant que membre non permanent au Conseil de sécurité de l’ONU. En février 2020, notre pays a assumé la présidence de cet organe. Au cours de ses précédents mandats (1947-1948, 1955-1956, 1971-1972, 1991-1992 et 2007-2008), la Belgique a toujours prôné un multilatéralisme fort. Notre pays s'est profilé comme un bâtisseur de ponts, œuvrant en faveur de la continuité, des compromis, d’une conception large de la sécurité (incluant les aspects humanitaires et les droits humains), du respect du droit international et de la coordination européenne.

Au cours de son précédent mandat, la Belgique avait également exprimé au sein du Conseil de sécurité la vision multilatérale sur laquelle se fonde notre politique étrangère depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Notre pays s’est efforcé d’apporter une contribution substantielle aux débats sur toutes les grandes questions internationales traitées par le Conseil de sécurité, avec ses propres accents reflétant nos valeurs et notre expertise spécifique. Sous la devise « Bâtir le consensus et Agir pour la paix », la Belgique a joué son rôle traditionnel de médiateur.

Au cours de son mandat 2019-2020, la Belgique a porté une attention particulière aux thèmes dans lesquels elle investit depuis très longtemps :

  • Prévention : la prévention des conflits internationaux grâce à la médiation constitue une composante essentielle de la politique étrangère belge. La menace que représente le changement climatique pour la paix et la sécurité internationales et la non-prolifération des armes de destruction massive constituaient une des priorités de notre précédent mandat.
  • Protection : notre pays a eu pour objectif de placer la protection des enfants dans les conflits armés, l'accès à l'aide humanitaire et la lutte contre l'impunité au premier rang des priorités internationales. Au sein du Conseil de sécurité, la Belgique a présidé le groupe de travail sur les enfants et les conflits armés.
  • Efficacité : notre pays œuvre en faveur d’une gestion opérationnelle plus efficace des missions des Nations Unies. Dans ce contexte, la Belgique soutient les initiatives de réforme du Secrétaire général, telles que l’« Action pour le maintien de la paix ».

Notre pays s’est également efforcé d’obtenir que les pays de l'UE forment plus souvent un bloc au sein du Conseil de sécurité. Une autre priorité pour la Belgique a résidé dans la recherche d’une plus grande unanimité entre les « E10 » ou « elected 10 », les dix membres non permanents élus du Conseil de sécurité.

La Belgique a joué un rôle de premier plan dans plusieurs dossiers. Par exemple, notre pays a été co-porteur du dossier sur la situation humanitaire en Syrie et sur l'UNOWAS, le Bureau des Nations Unies pour la prévention des conflits en Afrique de l'Ouest et au Sahel. La Belgique a également joué le rôle de facilitateur pour la résolution 2231, qui a mis fin au régime de sanctions de l'ONU contre l'Iran dans le cadre de l'accord nucléaire (Plan d’action global commun, JCPoA). Enfin, notre pays a présidé le Comité des sanctions sur la Somalie et a servi de point focal pour la Cour pénale internationale (CPI).

Le fait que la Belgique soit, par rapport à d'autres pays de taille similaire, souvent élue pour siéger au Conseil de sécurité atteste de la confiance que la communauté internationale accorde à notre pays. Dans le cadre de la coopération Benelux, la Belgique a également mis son expertise à disposition dans le passé en détachant des diplomates lorsque les Pays-Bas ou le Luxembourg siégeaient au Conseil de sécurité. Inversement, la Belgique peut également compter sur le soutien des partenaires du Benelux durant ses mandats.

Vous trouverez davantage d’informations sur le fonctionnement du Conseil de sécurité ici.