Actualités

Tenez-vous au courant des actualités du SES avec nouvelles sur les évaluations, événements et appels d'offres ouverts.

Une évaluation de la politique belge de core funding des organisations multilatérales

En avril 2021, le Service de l’Évaluation spéciale (SES) a publié le rapport final de l’évaluation de la politique belge de core funding des organisations multilatérales. Les résultats et les recommandations ont été présentés lors de la restitution du 21 juin.
  1. Toujours valable le
  2. Dernière mise à jour le
Image
Aide humanitaire © WHO/Gregor Donaldson

©WHO/Gregor Donaldson

Un multilatéralisme efficace

Le « core funding » (financement des activités de base) permet de contribuer aux ressources générales des organisations internationales partenaires de la coopération belge, plutôt que de réaliser de contributions affectées à des projets ciblés.  La Belgique applique cette politique depuis 2009, démontrant ainsi son engagement fort en faveur d'un multilatéralisme efficace.

Quinze organisations internationales partenaires reçoivent plus d'un tiers de l'aide multilatérale au développement belge par l'intermédiaire de la Direction Générale Coopération au Développement et Aide humanitaire (DGD). La sélection actuelle des organisations internationales partenaires est conforme aux priorités sectorielles, thématiques et politiques de la Belgique, telles que les droits de l'homme, le travail décent, la sécurité alimentaire, l'action climatique et l'égalité des sexes.

L'évaluation visait à évaluer le choix et la mise en œuvre d’une politique de core funding. Les résultats escomptés se sont-ils concrétisés ? Quels mécanismes et instruments ont été utilisés ? Un certain nombre de recommandations politiques et opérationnelles ont également été formulées pour la conception et la mise en œuvre du nouveau financement pluriannuel des organisations internationales partenaires.
 

Agences de développement des Nations unies

L'évaluation s'est concentrée sur les agences de développement des Nations unies, et s'est focalisée sur le soutien belge au HCDH (Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme)au PNUD (Programme des Nations unies pour le développement), au FNUAP (Fonds des Nations unies pour la population) et à l'OMS (Organisation mondiale de la Santé). Une attention particulière a été accordée au travail de ces organisations pendant la pandémie de Covid-19.

Le « core funding » a permis aux organisations d'allouer leurs fonds à des domaines prioritaires, notamment pour financer des interventions essentielles pour les bénéficiaires, y compris pendant la période Covid-19, telles que

  1. le renforcement des systèmes de santé par l'OMS
  2. la promotion de la gouvernance démocratique par le PNUD
  3. la garantie de la présence de défenseurs des droits de l'homme qualifiés au niveau national par le HCDH
  4. le renforcement du droit d'accès des femmes aux services de santé reproductive grâce au FNUAP

La principale conclusion est que la politique de financement volontaire « core » a été très pertinente dans le cadre plus large de la coopération multilatérale au développement, ce qui a permis de réduire la fragmentation. Cependant, le « core funding » n'a pas été suffisamment exploité comme un outil possible d’influence.

L'évaluation formule un certain nombre de recommandations à l'intention du Cabinet du Ministre de la Coopération au Développement, de la DGD et des Représentations Permanentes auprès des Nations Unies et des missions diplomatiques dans les pays partenaires belges.