Couper, coller et colorier avec Magritte

Les enfants défavorisés de Washington DC ont repris avec enthousiasme les thèmes des tableaux de Magritte. L'activité faisait partie d'un programme auquel notre ambassade a participé en collaboration avec une école primaire. Une occasion unique d’ouvrir les yeux des enfants sur le monde.

  1. Toujours valable le
  2. Dernière mise à jour le
Image
Photo d'un enseignant et d'enfants dans une salle de classe

Erika Nichols, professeur d'art, guide les enfants pendant l'atelier (© Ambabel Washington).

Un réseau d'écoles publiques de Washington DC a un programme très original. Chaque année, les différentes ambassades de la capitale américaine se voient attribuer une classe (5ième ou 6ième année primaire), avec laquelle l'ambassade en question élabore des activités. Les élèves découvrent ainsi la langue, les coutumes, l'histoire, l'art et la culture d'un autre pays.

98% d'Afro-Américains

Notre poste à Washington DC est également de la partie chaque année. Cette année, ils collaborent avec la Randle Highlands Elementary School, située dans le quartier défavorisé d'Anacostia. 98% des enfants y sont afro-américains, et tous sont défavorisés.

L'une des idées proposées par notre poste était d'organiser un cours de dessin autour des peintures de Magritte. Le professeur d'art Erika Nichols s'est immédiatement montrée enthousiaste. Mais les enfants n'avaient jamais entendu parler du peintre surréaliste belge. C'est pourquoi notre poste a mis au point une présentation PowerPoint, qui a permis aux enfants d’apprendre à connaître l’art de Magritte.

Image
Groupe d'enfants faisant du bricolage

Absorbé par le processus de création (© Ambabel Washington).

Un atelier amusant

L'art de Magritte s'avère particulièrement accessible aux enfants. Il ne nécessite aucune connaissance préalable et offre un langage visuel unique qui encourage la créativité. Il s'agissait donc d'un atelier très amusant et interactif, au cours duquel ils ont pu couper, coller et colorier à leur guise et jouer avec des chapeaux melon, des pommes vertes, des nuages blancs et des colombes. Le résultat en valait la peine : 2 beaux collages collectifs inspirés de Magritte !

Au total, 5 activités sont organisées au cours de l'année scolaire. Les enfants ont ainsi déjà suivi une leçon sur la culture belge de la bande dessinée. Fin avril, c’était un atelier sur le changement climatique qui était à l'ordre du jour.

A la fin de l'année scolaire, les élèves se rendront tous à la résidence de l'ambassadeur. Ils y présenteront leur projet final - en l'occurrence, leurs œuvres sur Magritte - et expliqueront à l'ambassadeur ce qu'ils ont appris sur la Belgique au cours de l'année écouléen.

Un honneur et un plaisir

Pour notre ambassade, c'est un honneur et un plaisir de travailler avec cette école et d'autres. C'est une occasion unique de partager la culture belge avec des enfants qui, autrement, n'auraient jamais l’opportunité d'en apprendre plus sur la Belgique ou sur la diplomatie.

Grâce à ce programme, les enfants découvrent le rôle particulier que joue leur ville en tant que centre diplomatique et l'importance de la coopération internationale, au-delà du rôle de Washington comme centre du pouvoir national de la politique américaine. Les élèves se montrent toujours enthousiastes à l'idée de rencontrer le personnel de l'ambassade et posent de nombreuses questions.

Image
Photo de groupe d'enfants dans une classe

Tout le monde est satisfait du résultat final (© Ambabel Washington).