Des photographies de Léopold III mettent la forêt amazonienne à l'honneur

  1. Toujours valable le
  2. Dernière mise à jour le
Image
Le chef regarde les photos

Un chef indigène regarde une photo du roi Léopold III. © Ambabel Brasilia/Breno Marx

Saviez-vous que le roi Léopold III était un véritable globe-trotter, botaniste et photographe, passionné par la nature et les peuples indigènes ? Il avait une affinité particulière pour la forêt amazonienne au Brésil. Il a fait connaissance avec ce pays d'Amérique du Sud lors d’un voyage, à l'âge de 19 ans, après celui de ses parents, le roi Albert Ier et la reine Élisabeth à Rio de Janeiro et São Paulo.

Trois expéditions

Dans les années 1960, pas moins de trois expéditions en Amazonie suivirent. Le roi Léopold III a posé les yeux sur des terres pratiquement inexplorées avant lui. Ses voyages d'étude revêtaient également une valeur scientifique et ont inspiré de nombreux projets de recherche ultérieurs. Les vastes connaissances en botanique, en entomologie et en médecine tropicale acquises par les scientifiques belges en Afrique centrale ont ainsi pu être mises à profit dans la région amazonienne.

Mais le roi Léopold III y a aussi réalisé de superbes clichés, entre autres du chef Raoni, encore jeune. Il émane de toutes ses photos une profonde affection et un grand respect pour les femmes et les hommes rencontrés dans la forêt amazonienne et pour la nature qui les abrite.

Image
Texte d'introduction avec photo Léopold III

Le texte d'introduction de l'exposition de photos à côté d'une photo de Léopold III en train de photographier. © Ambabel Brasilia/Breno Marx

Grands-parents, grands-oncles et grands-tantes

Notre ambassade dans la capitale Brasilia a donc décidé d'organiser une exposition de photographies du roi Léopold III. Car le thème de la forêt amazonienne occupe, plus que jamais, le devant de la scène. Le plus grand poumon de la Terre souffre cruellement, tandis que nous devons protéger autant de zones forestières que possible pour atténuer le changement climatique. Les peuples indigènes sont également soumis à une pression croissante.

Notre ambassade a pu compter sur la coopération enthousiaste du ministère de la Culture de l'État d'Amazonas. Pour l'exposition, elle a eu accès à l'impressionnant « centre culturel du palais de justice » de Manaus. L'un des épisodes les plus poignants de la soirée d'ouverture a été ce moment où Kaiulu Roberto, chef indigène de la réserve de Xingu, a reconnu ses grands-parents, grands-oncles et grands-tantes sur les photographies de Léopold III.

Les femmes autochtones, figures de proue de la société

Nos collègues de Brasilia ont également profité de l'occasion pour organiser une table ronde sur les droits des peuples autochtones, en présence de S.A.R. la princesse Esmeralda de Belgique, fille du roi Léopold III. Certaines des figures emblématiques de la lutte politique des femmes autochtones ont livré des témoignages émouvants, à mi-chemin entre désespoir et révolte : Puyr Tembé, Braulina Baniwa, Vanda Witoto ou encore la « militante numérique » Samela Sateré. 

Leurs histoires ont fait état de la précarité qui caractérise encore la situation des femmes autochtones sur les plans de la sécurité, de la santé, de l'éducation et du statut social. Ces interventions ont également mis en lumière la lutte inlassable qu'elles mènent pour faire valoir leurs droits, avec notamment une tournée de sensibilisation dans leur pays au cours des prochains mois, avant les élections d'octobre 2022.

Image
Princesse Esmeralda

La princesse Esmeralda de Belgique (deuxième à partir de la droite) avec quelques chefs autochtones. À l'extrême gauche, la « militante numérique » Samela Sateré. © Ambabel Brasilia/Breno Marx

La princesse Esmeralda de Belgique

Ce n'est pas un hasard si S.A.R. la princesse Esmeralda a pu et voulu participer à cet événement. Bien sûr, elle est la plus jeune enfant du roi Léopold III, mais elle s'est également révélée être une fervente partisane du climat, de l'environnement et des droits des femmes. En outre, depuis le décès de son père en 1983, elle préside le conseil d'administration du Fonds Léopold III. Ce dernier vise à promouvoir l'étude et la conservation de la nature en finançant des voyages d'étude au-delà des frontières européennes. Elle gère également la collection de photographies, dont une sélection a été exposée à Manaus.

L'événement a permis à notre ambassade de toucher un large public, dont de nombreuses personnalités culturelles, économiques et politiques de l’État d'Amazonas ainsi que des journalistes. Notre pays s'y est distingué par son engagement dans la lutte contre le dérèglement climatique et le racisme.

Quelques photos prises par Leopold III

Image
Les enfants de Kuikuru au Mato Grosso

Des enfants Kuikuru dans le Mato Grosso. © Fondation Léopold III

Image
Vue aérienne du village de Txicão

Vue aérienne du village de Txicão. © Fondation Léopold III

Image
Pêcheurs dans le lac Téfé

Pêcheurs dans le lac Tefé. © Fondation Léopold III

Image
Le chef Raoni, l'activiste Cláudio Villas Bôas et le photographe Jesco Von Puttkamer

Le chef Raoni, encore jeune, entre le militant Cláudio Villas Bôas (à gauche) et le photographe Jesco Von Puttkamer (à droite). © Fondation Léopold III