La vérification du désarmement nucléaire est une priorité pour la Belgique

  1. Toujours valable le
  2. Dernière mise à jour le
Image
Réunion

Notre SPF a organisé une réunion IPNDV au Palais d'Egmont en juin 2022. © Thomas Daems

Au cours des 30 dernières années, le nombre d'armes nucléaires dans le monde a considérablement diminué par rapport à l'énorme arsenal de la guerre froide. La clé de ce succès réside sans aucun doute dans la capacité des pays à vérifier entre eux le respect des traités de désarmement. Cette vérification permet ainsi aux pays participants d’avoir suffisamment confiance dans le respect des engagements en matière de désarmement.

Vérifier le désarmement nucléaire requiert toutefois un savoir-faire technique. Les États-Unis ont donc créé le Partenariat international pour la Vérification du Désarmement nucléaire (IPNDV) en 2014. Aujourd'hui, plus de 25 pays travaillent ensemble pour développer leur expertise en matière de vérification technique.
 

SCK CEN à Mol


À la demande des États-Unis, la Belgique fait partie du partenariat depuis sa création. Il s'agissait d'une reconnaissance de notre expertise nucléaire, mais aussi de notre crédibilité en termes d'engagement en faveur du désarmement.

La recherche en matière de vérification est menée par le centre d'expertise nucléaire SCK CEN de Mol. Par exemple, en 2019, le SCK CEN a mis en place à Mol un exercice à grande échelle sur la mesure du plutonium. Une trentaine d'experts internationaux y ont participé. En 2023, le SCK CEN organisera un deuxième événement IPNDV sur ce sujet.

Image
salle Palais Egmont

Vue d'une session plénière de l'IPNDV au Palais d'Egmont. © Thomas Daems

Engagement concret

Notre SPF a organisé une réunion IPNDV au palais d'Egmont à Bruxelles du 27 au 29 juin 2022. Par le biais de cette initiative, notre pays a rendu très concret son engagement en faveur d'un monde sans armes nucléaires. L'importance de la vérification dans l'effort mondial en faveur du désarmement nucléaire sera d’ailleurs un thème prioritaire pour la délégation belge lors de la prochaine conférence de révision du traité sur la non-prolifération en août 2022 à New York.

Par ailleurs, l'année dernière, notre pays a présidé le Nuclear Suppliers Group, un groupe de 48 pays qui élaborent des directives visant à empêcher que le savoir-faire nucléaire ne soit utilisé pour la fabrication d'armes nucléaires.

 

Lire aussi :


Un engagement fort en faveur de l'utilisation pacifique du savoir-faire nucléaire