L'Institut de médecine tropicale renforce sa coopération avec le Congo

  1. Toujours valable le
  2. Dernière mise à jour le
Image
Signature de l'accord de siège

Le vice-premier ministre congolais Christophe Lutundula et la présidente du conseil d'administration de l'ITG et gouverneur de province Cathy Berx signent l'accord de siège au Palais d'Egmont le 20 octobre 2021 sous le regard de la ministre Meryame Kitir. © Lorena Nasello

L'accord donne à l’IMT une base juridique solide pour établir un département en RD Congo. Cela devrait permettre de renforcer et d'étendre les nombreuses activités menées dans le pays, en coopération avec les partenaires congolais.

Image
Bonne santé et bien-être

Des liens étroits avec le Congo

L'IMT a un lien fort avec le Congo. À l'époque coloniale, l’IMT était principalement un hôpital pour les personnes revenant des tropiques et un institut de formation pour celles qui se rendaient dans les tropiques.

Après la décolonisation, l'IMT est devenu un centre d'expertise de premier plan en matière de médecine (vétérinaire) tropicale et de santé publique, y compris en matière de VIH/SIDA. L'Institut contribue au progrès de la science médicale par la recherche fondamentale et appliquée, la formation continue et les conseils de ses experts.

Il fournit également des services à la population belge. L’IMT abrite une clinique VIH/IST (pour les infections sexuellement transmissibles).  Vous pouvez aussi y bénéficier d’une assistance médicale avant et après votre séjour à l'étranger.

Mais le lien avec le Congo et d'autres partenaires dans le monde ne s'est jamais perdu. En tant que tel, l'IMT a été un partenaire essentiel de la Coopération belge au Développement dans la réalisation de l'ODD3, qui vise une « vie saine ».

Au Congo, l'accent est mis sur la formation, la recherche médicale et la lutte contre les maladies. L'Institut anversois contribue à la lutte contre Ebola, la maladie du sommeil et d'autres maladies émergentes. Il échange également des connaissances sur d'autres problèmes de santé publique tels que les infections bactériennes.

Éradiquer la maladie du sommeil

Un chantier important au Congo concerne l'éradication de la maladie du sommeil. Cette maladie mortelle tue des personnes dans 13 pays africains, dont 70 % au Congo. En 2017, la Coopération belge au Développement, les autorités congolaises et la Fondation Bill & Melinda Gates ont donné le feu vert à l'IMT et à ses partenaires congolais pour éradiquer la maladie du sommeil d'ici 2030.

Les efforts ont porté leurs fruits. Ces dernières années, le nombre de cas a diminué rapidement. Afin de donner un coup de pouce supplémentaire à la lutte contre la maladie du sommeil, la ministre de la coopération au développement, Meryame Kitir, a annoncé lors de la signature de l'accord de siège qu'elle engagerait 5,6 millions d'euros. Ces fonds serviront à financer des stratégies sophistiquées de lutte contre la maladie du sommeil, avec de nouveaux processus de dépistage et des diagnostics et médicaments innovants.

Des partenaires sur un pied d'égalité

L'IMT souhaite avant tout renforcer ses institutions partenaires dans le Sud. Il est également essentiel qu'ils déterminent leurs propres priorités de recherche. En effet, l'IMT considère que ses partenaires sont ses égaux à tous égards.

Ce qui est bien sûr également vrai au Congo. « La philosophie de la relation avec les partenaires ne change pas, mais renforce plutôt les liens », a déclaré Marc-Alain Widdowson, directeur de l'IMT, lors de la signature. « La coopération et le renforcement des capacités avec les partenaires au Congo restent un principe clé. »