Environnement

L'environnement constitue l'un des cinq piliers sur lesquels reposent l'Agenda 2030 et ses objectifs de développement durable (ODD) et joue également un rôle de plus en plus central au sein des Nations Unies. Vous trouverez ci-dessous une brève introduction à ce thème politique.

Assemblée des Nations Unies pour l'environnement (ANUE)

L'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement a été créée après Rio+20.
  1. Toujours valable le
  2. Dernière mise à jour le

Elle a été créée :

  • en qualité d'organe de gestion du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), l'une des 15 organisations partenaires belges ;
  • pour jouer le rôle de plate-forme politique dans le cadre de laquelle les ministres de l'environnement se réunissent afin d’orienter l'agenda environnemental mondial.

L'ANUE est un organisme universel qui regroupe les 193 États membres de l'ONU. Il se réunit deux fois par an à Nairobi, où se trouve le siège du PNUE, ainsi que celui de l'ONU en Afrique. Une session virtuelle de la 5e AUE a eu lieu en février 2021. L'UNEA-5 s'est poursuivie en format hybride du 28 février au 2 mars 2022, suivie de la célébration du 50e anniversaire du PNUE les 3 et 4 mars 2022 (UNEP@50). 

Pour la Belgique, il est important que l'UNEA soit une plateforme qui se concentre sur les défis environnementaux mondiaux, mais qui s'adresse également aux acteurs économiques et sociaux et qui délivre des messages compréhensibles et communicables à un large public. L'UNEA devrait se concentrer sur les problèmes aigus qui doivent être traités et s'appuyer sur la dynamique d'autres processus mondiaux et internationaux. Les résultats de l'UNEA doivent être orientés vers l'action et les solutions et inspirer la communauté internationale à se mettre au travail et à apporter des changements sur le terrain. Le thème doit être conforme au mandat principal du PNUE et à l'influence de l'organisation, tout en étant pertinent pour l'ensemble du système des Nations unies.

ANUE-5 (2021 et 2022)

« Strengthening Actions for Nature to Achieve the Sustainable Development Goals » a été choisi comme thème de la cinquième UNEA dans le but d'encourager le monde à prendre davantage de mesures pour protéger et restaurer la nature. Un élément important ici est l'opportunité que la mise à niveau des « solutions basées sur la nature » offre pour le développement durable dans toutes ses dimensions.

L'UNEA-5 s'est achevée avec succès le mercredi 2 mars avec, outre les résolutions sur la biodiversité et la santé, le bien-être animal, l'économie circulaire et la relance verte, entre autres, les trois résultats importants suivants :

  • Un accord a été trouvé pour conclure un nouvel accord intergouvernemental juridiquement contraignant sur la lutte contre la pollution plastique, une étape importante dans la lutte contre ce problème mondial qui menace non seulement l'environnement mais aussi la santé humaine. 
  • Une définition des solutions basées sur la nature a été décidée, très importante pour mettre fin à l'utilisation abusive de ce terme pour étiqueter des pratiques qui semblent vertes mais ne sont pas durables. 
  • Il a été décidé d'établir un panel international de scientifiques pour donner des conseils politiques sur la bonne gestion des produits chimiques, des déchets et de la pollution. Il s'agit d'un groupe d'experts comme le GIEC pour le climat et l'IPBES pour la biodiversité, une pierre angulaire importante de l'approche scientifique de la triple crise planétaire.  

En raison de l'ajournement de l'AUE, ces résultats ont mis du temps à arriver, et des travaux étaient en cours depuis l'AUE 1, notamment par divers experts belges qui avaient collaboré à l'établissement de la position européenne. 

Outre ces résultats, il a également été décidé lors de l'AUE que l'AUE 6 se tiendra en 2024, pendant la présidence belge de l'UE.

Au cours du PNUE@50, les ministres de l'environnement ont adopté une déclaration politique forte qui combine le renforcement du droit international de l'environnement et la protection de l'environnement avec l'attention nécessaire au soutien des pays en développement. 

ANUE-4 (2019)

La quatrième édition de l'ANUE en 2019 était consacrée aux « Solutions novatrices pour relever les défis environnementaux et instaurer des modes de consommation et de production durables ». Le PNUE a habilement résumé ce thème en exhortant à « penser à la planète, vivre simplement ».

La participation a atteint un niveau record avec 5 000 participants de 179 pays, 6 chefs d'État ou de gouvernement et 157 ministres. En marge de l'ANUE, la France et le Kenya ont organisé conjointement le premier sommet régional « One Planet Summit » axé sur l'Afrique, avec à l'ordre du jour le rôle de la transition énergétique et de la diversité biologique dans la lutte contre le changement climatique.

L'ANUE-4 a abordé des questions relatives au climat, à la diversité biologique, à la désertification, à la pollution et à d'autres problèmes environnementaux, permettant une approche plus cohérente dans les documents finaux. L’économie circulaire a été largement abordée lors de la quatrième session de l'ANUE, un thème qui a permis à l'UE d'affirmer son rôle de pionnière en la matière et à la Belgique de mettre en avant ses réalisations.

La déclaration ministérielle contient des déclarations ambitieuses,  et désigne entre autres l'économie circulaire comme moyen de parvenir à une consommation et une production durables et de maintenir un objectif de réduction des plastiques à usage unique. Ce dernier objectif a été adopté pour la première fois à l'échelle mondiale. La déclaration a en outre servi de prélude à l'élaboration de nouveaux cadres mondiaux pour la protection de la diversité biologique et la gestion adéquate des substances nocives et des déchets après 2020.

Deux résolutions présentées par l'UE ont été adoptées : l'une sur la consommation et la production durables et l'autre sur les substances nocives et les déchets.

En outre, certaines décisions programmatiques et procédurales ont été prises pour le fonctionnement du PNUE.