Collaboration avec la société civile (ONG)

Le rôle de la société civile

Le rôle joué par la société civile, y compris les ONG et les médias, est essentiel au fonctionnement de notre système démocratique, ainsi qu’à la protection des droits de l’homme. En contrôlant l’activité de l’Etat, la société civile agit comme un contrepoids nécessaire à son pouvoir. Le SPF Affaires étrangères accorde une grande importance à l’existence d’un dialogue avec les différents représentants de la société civile, au niveau national, international et dans ses relations bilatérales avec les pays tiers.


Occasions de dialogues

Le ministre des Affaires Etrangères rencontre lui-même chaque année les principales ONG belges pour discuter de différents thèmes d’actualité et de l’action de la Belgique sur la scène internationale. Ceci a notamment été le cas en mars 2009, lors du Forum de dialogue avec la société civile au sujet du bilan du mandat de la Belgique au Conseil de sécurité, ainsi que concernant notre candidature au Conseil des droits de l’homme. Le Département Droits de l’Homme du SPF rencontre également régulièrement des ONG actives dans le domaine des droits de l’homme. Elles sont également consultées à l’occasion de la rédaction des rapports que la Belgique doit présenter aux comités de l’ONU.  Lorsque la Belgique rédige son rapport national en vue de son examen périodique universel, elle le fait également en concertation avec la société civile.  


Financement de projets d’ONG

Au titre de la diplomatie préventive, le SPF finance des projets mis en œuvre par des ONG actives sur le plan des droits de l’homme dans des pays tiers. Ces projets ont pour but de consolider la paix en s’attaquant et en remédiant aux causes et conséquences des conflits.


Au niveau de l’ONU

Au niveau de l’ONU, la société civile est également représentée via les ONG. Celles-ci peuvent participer aux travaux de l’ONU lorsqu’elles ont reçu le statut consultatif de la part du Comité chargé des ONG du Conseil économique et social (ECOSOC). La Belgique considère que leur participation au Conseil des droits de l’homme est cruciale.


Au niveau du Conseil de l’Europe

Les OING (organisations internationales non gouvernementales) auprès du Conseil de l’Europe disposaient, jusqu’en 2003, d’un statut consultatif. Depuis lors, elles peuvent se voir accorder un statut participatif. Ceci leur permet d’être impliquées dans la définition des politiques, des programmes et des actions du Conseil de l’Europe, dans les instances qui relèvent du Comité des ministres. Une Commission de liaison des OING dotées du statut participatif (comptant 25 membres), a été créée pour améliorer les relations de coopération avec le Conseil de l’Europe. Ses objectifs sont fixés par une Conférence plénière de toutes les OING à statut participatif qui se réunit chaque année.


Au niveau de l’Union européenne

L’Union européenne accorde également une grande attention aux requêtes des ONG et de la société civile en matière de droits de l’homme. Un Forum avec les ONG est organisé en fin de chaque année. L’instrument européen pour la démocratie et les droits de l’homme finance également des projets d’ONG dans les domaines jugés prioritaires par l’UE.