Genre et Droits des femmes

Genre et droits des femmes: quelques notions

De par le monde, les femmes sont encore victimes de nombreuses discriminations et inégalités, que ce soit au niveau de leur vie professionnelle, familiale, sociale, civile ou politique. Dans de nombreux pays, la loi ne leur reconnait pas les mêmes droits que les hommes. Dans d’autres, c’est en pratique que ces droits tardent encore à être respectés. Les femmes sont également les premières victimes de différents phénomènes criminels tels que les violences domestiques et sexuelles, les mariages forcés ou précoces, le trafic d’êtres humains, l’exploitation ou l’esclavage, la prostitution forcée, les mutilationsgénitales et les avortements forcés.

La question de l’égalité des genres diffère de celle de l’égalité des sexes. Le sexe fait référence aux caractéristiques biologiques distinctes des hommes et des femmes. Le genre vise les idées en cours dans la société, entre autres les préjugés, qui peuvent également être la source de discriminations. Mais au contraire des discriminations basées sur le sexe, ces dernières peuvent être empêchées grâce à la déconstruction de certains stéréotypes.

La question des droits des femmes a reçu une attention croissante ces dernières décennies, notamment suite à l’organisation de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes à Beijing en 1995. Les progrès accomplis dans le cadre de la mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d’Action de cette Conférence sont évalués tous les cinq ans.

Instruments internationaux

En 1979 a été adoptée aux Nations Unies (ONU), la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, qui a été ratifiée par la Belgique en 1985. Cet instrument insiste sur la non-discrimination en matière d’éducation, d’emploi, d’activités économiques et sociales, ainsi que sur les droits et devoirs égaux de la femme et de l’homme en matière de parentalité. Elle accorde aussi une grande importance aux droits reproductifs de la femme, ainsi qu’à l’accès au planning familial et aux services sociaux permettant de concilier maternité et parentalité avec vie professionnelle. Les Etats sont aussi encouragés à lutter contre les pratiquestraditionnelles et les stéréotypes ayant une influence négative sur les droits des femmes, y compris via l’éducation. Ils sont également incités  à adopter des mesures de discriminations positives à l’égard des femmes et à abolir le trafic et l’exploitation de la prostitution. L’Assemblée générale de l’ONU a par ailleurs adopté en 1993 une Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Action de la Belgique et des Nations Unies (ONU)

Il existe au sein de l’ONU une Commission sur le Statut de la Femme. Cet organe traite des questions liées à la condition féminine et du « gender mainstreaming » (prise en compte de la dimension « genre » dans les différentes politiques et actions). Il est aussi chargé d’assurer le suivi et la mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d’Action de Beijing. La Belgique est un membre actif de cette Commission de manière ininterrompue depuis plusieurs années et l’a également présidée de 2007 à 2009. Cet  engagement démontre toute l’importance qu’accorde notre pays à cette problématique, et ce, dans tous ces aspects. Plusieurs résolutions au sujet des droits des femmes et des filles sont également discutées au sein de l’Assemblée générale des Nations Unies. Notre pays plaide pour la promotion et la protection des droits des femmes dans le cadre des résolutions adoptées dans les différents organes de l’ONU, tels que l’Assemblée générale, le Conseil économique et social, le Conseil des droits de l’homme, ainsi qu’au sein des Agences spécialisées et des Fonds de l’ONU. La Belgique veut notamment assurer le respect des droits sexuels et reproductifs, de la lutte contre l’impunité, ainsi que de la bonne gouvernance, afin de garantir les droits des femmes à la protection et au développement. La Belgique accorde aussi une grande importance au mandat du rapporteur spécial de l’ONU sur la violence à l’encontre des femmes.

Action de la Belgique et de l’Union européenne

La promotion et la protection des droits des femmes est une priorité pour la Belgique et l’Union européenne. Dans notre pays, il existe depuis 2002 un Institut pour l’égalité des femmes et des hommes qui est chargé de veiller au respect, en Belgique, de cette égalité et de combattre les discriminations à cet égard. Au niveau de l’Union européenne, des instruments ont aussi été adoptés pour lutter contre les violences et discriminations à l’encontre des femmes dans les pays tiers.  La Belgique et l’Union européenne abordent régulièrement la question des droits des femmes et des lois et pratiques discriminatoires à leur égard dans leurs contacts avec les pays tiers.

Notre pays soutient par ailleurs différentes initiatives pour la promotion et la protection des droits des femmes ainsi que le « gender mainstreaming » au sein d’autres organisations régionales telles que le Conseil de l’Europe et l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).  

Les lignes directrices de l’Union européenne

Les lignes directrices sont des documents adoptés par l’Union européenne afin de décrire les différentes manières de mettre en œuvre les priorités de l’Union en matière de droits de l’homme, dans ses relations avec les pays tiers. Les lignes directrices sur les violences contre les femmes et la lutte contre toutes les formes de discrimination à leur encontre prévoient des mesures concrètes à mettre en œuvre par les ambassades des Etats membres pour améliorer la situation des femmes sur le terrain.

Elles visent par exemple à :

  • collecter des données sur la violence à l’égard des femmes et des filles
  • promouvoir l’établissement de mécanismes de prévention, de protection et de soutien aux victimes de violences
  • plaider en faveur de la lutte contre l’impunité des auteurs de ces actes
  • effectuer des démarches et/ou des déclarations officielles, au sujet de cas individuels ou plus généraux de violences ou de discriminations à l’égard des femmes.
  • encourager la ratification des instruments internationaux et régionaux pour les droits des femmes, ainsi que les visites des mécanismes de contrôle

Convention de l’ONU sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes

Commission de l’ONU sur le Statut de la Femme

 Rapport sur la 4ème Conférence mondiale sur les femmes
(PDF, 485.11 Ko)

 Lignes directrices de l'UE sur les violences contre les femmes et la lutte contre toutes les formes de discrimination à leur encontre
(PDF, 154.3 Ko)

Conseil de l’Europe – Egalité femmes-hommes

Institut belge pour l’égalité des femmes et des hommes