Violence à l’égard des femmes et des filles

 

La violence à l'égard des femmes et des filles reste l'une des violations des droits humains les plus répandues dans le monde. Ces violences génèrent souvent un sentiment de honte et une peur de la stigmatisation, dans un climat d'impunité.

La Belgique a fait de la lutte contre la violence basée sur le genre une priorité. Notre pays s'efforce d'adopter une approche globale, en accordant une attention particulière à la prévention de la violence, à la lutte contre l'impunité dont jouissent les auteurs, à l'accès à la justice pour les femmes et les filles, au soutien médical, psychologique et socio-économique des victimes et à leur droit à une réparation effective.

Dans le cadre du Conseil des Droits de l'Homme et de la Troisième Commission de l'Assemblée générale, la Belgique soutient, dans le contexte de l’UE, les initiatives de lutte contre la violence à l'égard des femmes et des filles. La Belgique soutient le mandat de la Rapporteuse spéciale sur la violence contre les femmes, notamment en participant aux dialogues interactifs avec cette experte indépendante.

La Belgique soutient également la mise en œuvre des lignes directrices de l'UE sur la violence contre les femmes et la lutte contre toutes les formes de discrimination à leur encontre.

Dans le cadre du Conseil de l'Europe, la Belgique s'engage également dans la lutte contre la violence basée sur le genre. La Belgique a ratifié la Convention sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique (Convention d'Istanbul, 14 mars 2016) et plaide constamment en faveur de sa ratification et de sa mise en œuvre. À cette fin, la Belgique a adopté un Plan d'action national de lutte contre toutes les formes de violence basée sur le genre.