Armes conventionnelles

 

À côté des armes de destruction massive, la problématique des armes conventionnelles exige elle aussi l’attention de la communauté internationale. En effet, la prolifération incontrôlée d’armes conventionnelles et l’utilisation d’armes non discriminantes représentent un coût excessivement important pour les sociétés. Les armes classiques font de nombreuses victimes. Crime organisé, terrorisme, enfants soldats et victimes civiles pendant ou longtemps après un conflit: chacun de ces problèmes est étroitement lié à l'utilisation d’armes classiques.

Dans de nombreux pays, et certainement en Afrique et en Amérique centrale, la violence armée conventionnelle a un impact sérieux sur la sécurité individuelle des personnes, souvent les plus vulnérables.

Notre diplomatie s’efforce d’inscrire le thème de la sécurité humaine et du désarmement qui sauve des vies  à l’ordre du jour des grandes organisations internationales. La Belgique a joué un rôle pionnier dans l’établissement de la Convention d’Ottawa sur les mines antipersonnel et de la Convention d’Oslo sur les armes à sous-munitions. Elle s’engage également dans la lutte contre le trafic illicite des armes.

Vous trouverez ci-dessous la liste des principaux traités qui interdisent ou restreignent l’utilisation de certaines catégories d’armes classiques. Pour plus d'informations sur la politique belge, veuillez cliquer sur les liens ci-dessous:

Vous pouvez cliquer sur les pages suivantes pour en apprendre plus sur: