Bruxelles, capitale internationale et véritable atout pour notre pays


Publié le 26 mai 2021 
 

Grand Place de Bruxelles
Le drapeau belge, avec d'autres drapeaux, sur la Grand Place de Bruxelles.
© iStock

 

Encore trop peu de personnes ont conscience du rôle majeur de Bruxelles sur la scène internationale. Toutefois, son rayonnement en tant que capitale internationale revêt une grande importance pour notre prospérité. Voici quelques chiffres.

Un certain nombre d’institutions internationales siègent à Bruxelles. Cette concentration attire du personnel, mais aussi des diplomates, des lobbyistes, des journalistes, des étudiants et des écoles internationales.
 

La plus grande communauté diplomatique internationale

L’Union européenne constitue l’institution la plus connue et la plus vaste. Pas moins de 38 organisations de l’UE possèdent leur siège ou un bureau de liaison à Bruxelles, dont les principales institutions européennes telles que le Parlement européen, le Conseil européen, le Conseil de l’Union européenne et la Commission européenne. Bruxelles mérite donc à plus d’un titre son statut de capitale de l’Europe, qui lui a valu d’attirer plus de 37.000 agents de l’UE dans notre pays.

L’OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord) est la plus grande organisation intergouvernementale. Elle concentre un total de 3.850 collaborateurs à Bruxelles où siègent également des organisations telles que l’Union Benelux, les ACP (Groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique), l’Organisation mondiale des douanes, etc.

Les Nations Unies possèdent 25 bureaux et bureaux de liaison à Bruxelles. Citons l’UNICEF (Fonds pour l’enfance), la FAO (Organisation pour l’alimentation et l’agriculture), le PNUE (Programme pour l’environnement), l’OIT (Organisation internationale du travail), la Banque mondiale, etc. Certaines organisations possèdent un bureau pour l’UE, à qui elles doivent donc leur présence à Bruxelles.

Depuis la fondation du Comité des régions en 1994, 300 représentations régionales et locales se sont établies dans notre capitale. Elles représentent leur ville ou région auprès des institutions européennes.

 

salle plénière du Parlement européen
Les principales institutions de l'UE sont situées à Bruxelles. Sur la photo : salle plénière du Parlement européen.
© Shutterstock

 

Au total, quelque 120 organisations internationales et plus de 300 missions diplomatiques étrangères sont représentées. Bruxelles s’est ainsi élevée au rang de plus grande communauté diplomatique internationale dans le monde. Pas moins de 60.000 fonctionnaires diplomatiques, internationaux et consulaires ainsi que leur famille vivent ou travaillent dans notre capitale.

Par ailleurs, certains agents se sont établis en dehors de la capitale. Ainsi, le SHAPE, l’un des quartiers généraux stratégiques de l’OTAN, se situe à proximité de Mons. SHAPE emploie 3.200 collaborateurs qui habitent les environs avec leur famille.

Ces chiffres reflètent une activité diplomatique très dynamique. Ainsi, 2.100 visites de haut niveau ont eu lieu au Palais d’Egmont en 2019, dont 351 impliquaient des chefs d’État et de gouvernement et 372 des ministres des Affaires étrangères. La direction du Protocole du SPF Affaires étrangères co-organise ces visites. La même année, le Palais d’Egmont accueillait environ 400 événements (inter)nationaux.

Le Palais d’Egmont fait partie de notre SPF. Il offre un cadre unique et mérite d’être qualifié de carte de visite de la Belgique. Pour le moment, les salles de conférence et salons font l’objet de rénovations afin de continuer à garantir le rayonnement du palais.
 

Palais d'Egmont
Vue intérieure du Palais d'Egmont, la carte de visite de notre pays.
© FOD BZ/SPF AE

 

Un cinquième de l’économie de la région bruxelloise

Sa remarquable présence internationale attire aussi d’autres catégories professionnelles. Ainsi, Bruxelles constitue un important centre multimédia avec environ 730 journalistes accrédités basés de façon permanente. Ce nombre peut monter jusqu’à 1.500 journalistes et membres du personnel média (techniciens, caméramans) durant les Sommets européens.

Par ailleurs, 11.698 groupes de pression européens ont été enregistrés, parmi lesquels 6.232 groupes de pression, 3.105 organisations non gouvernementales et 881 groupes de réflexion. L’ensemble de ces groupes assurent entre 10.000 et 14.000 emplois dans le domaine du lobbying.

À Bruxelles et dans ses alentours, 33 écoles internationales de l’enseignement primaire et secondaire comptabilisent un total d’environ 25.000 élèves. Selon une estimation, 8.000 stagiaires se rendent à Bruxelles chaque année. Des 86.000 étudiants présents dans la capitale, 23 % viennent de l’étranger : 16 % de l’UE et 7 % de l’extérieur de l’UE. Erasmus, le programme d’échange de l’UE, attire chaque année quelque 900 étudiants dans les universités bruxelloises.

Les retombées de la forte présence internationale sont estimées entre 8,7 et 13,9 milliards d’euros et 123.000 à 163.000 emplois. Cela représente environ un cinquième de l’économie de la région bruxelloise et 23,2 % des emplois régionaux (au maximum).

Position dans d’autres classements ? Bruxelles est le :

  • Numéro 1 des villes avec un engagement politique
  • Numéro 1 des villes au niveau de l’établissement des ambassades et des consulats
  • Numéro 1 en Europe et numéro 2 dans le monde en tant que ville la plus cosmopolite
     

Notre SPF vise une visibilité accrue

Le siège du SPF Affaires étrangères se situe également à Bruxelles. La forte présence diplomatique internationale facilite quelque peu notre travail. Ainsi, deux représentations permanentes clé – de l’UE et de l’OTAN – se situent non loin de leur administration centrale. Les multiples visites de représentants étrangers facilitent notre travail diplomatique.

Il convient d’exploiter davantage le rayonnement de Bruxelles en tant que capitale internationale. Cette démarche profitera non seulement à la région bruxelloise, mais aussi à l’ensemble du pays. C’est pourquoi notre SPF vise, en collaboration avec les services du premier ministre et tous les acteurs concernés, à accroître la visibilité de notre pays sur la scène internationale. Nous continuerons également nos efforts pour attirer d’autres organisations internationales. Cette tâche incombe entre autres au Comité interministériel pour la politique de siège, qui est lié à notre SPF.


La quasi-totalité des chiffres proviennent de la brochure « Bruxelles, capitale internationale – les chiffres 2020 ». Vous pouvez la consulter pour obtenir plus de détails.