Mali : renforcer la sécurité alimentaire dans le contexte de la pandémie de COVID-19

 

Publié le 17 juin 2020
 

Femme arrosant des plantes
© FAO

 
La Belgique offre 250 000 dollars dans le but d'améliorer la sécurité alimentaire de 1 270 familles maliennes vulnérables.

Le coronavirus a causé jusqu'à présent beaucoup moins de contaminations et de décès en Afrique qu'en Europe. Néanmoins, son incidence est considérable, notamment sur les revenus et la sécurité alimentaire des personnes vulnérables. En effet, les pays africains adoptent également des mesures de lutte contre la propagation du coronavirus, parmi lesquelles des restrictions à la liberté de circulation.

Les régions de Mopti et de Tombouctou, au Mali, abritent des personnes extrêmement vulnérables, notamment des agriculteurs et des éleveurs migrants, qui souffrent déjà du changement climatique. En effet, des conditions météorologiques extrêmes ont entraîné de mauvaises récoltes depuis 2017. Il en résulte un grave manque de ressources fourragères.

En outre, des groupes armés sévissent dans les régions du nord et du centre du pays, faisant peser un lourd fardeau sur la production agricole locale. À Mopti et Tombouctou, des personnes déplacées rivalisent avec la population locale pour l'approvisionnement en nourriture.

Les mesures liées au coronavirus compliquent davantage la situation. Elles entravent la migration saisonnière, la disponibilité de la main-d'œuvre ainsi que l'accès aux ressources pastorales pour les éleveurs de bétail et à divers intrants pour les agriculteurs. De plus, les acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux ne sont pas en mesure d'assurer le niveau habituel de soutien.

 
Kits agricoles et formations

En vue d'apaiser les souffrances de la population, la Belgique fait un don de 250 000 dollars au SFERA, un fonds d'urgence de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). L'argent sera utilisé pour venir en aide à 1 270 ménages vulnérables, soit environ 7 600 personnes. Indirectement, ce sont près de 600 000 habitants qui en bénéficieront.

Les familles sélectionnées recevront un kit contenant du matériel agricole de tous types ainsi que des intrants tels que des semences de légumes. Cette initiative leur permettra de diversifier et d'augmenter leur production. Une formation sur l’adoption des bonnes pratiques agricoles et nutritionnelles est aussi prévue. Les éleveurs reçoivent un kit destiné à l'élevage du bétail et pourront également bénéficier de formations. Les bénéficiaires peuvent ainsi démarrer leurs activités agricoles et percevoir des revenus.

Le projet cible à la fois les personnes déplacées et les populations d’accueil. Les deux groupes seront sensibilisés à l'importance de la coexistence pacifique. Lors de la sélection des bénéficiaires, les ménages dont le chef de famille est une femme seront privilégiés.